04.09.2022

Fontainebleau 2022 : HUERTO DEL DIABLO Champion des Hunter 5 ans

Les cavaliers de saut d'obstacles ont dominé ce championnat associés, d'ailleurs, à des chevaux orientés au départ vers cette discipline. De la Bretagne aux Pays-Bas en passant par la Touraine, ce podium offre une diversité rafraîchissante et encourageante quant à l'intérêt des professionnels pour le hunter. D'ailleurs, le commerce semble là-aussi bien fonctionner et plaider en sa faveur.

Retrouvez l'interview vidéo de Tony Cadet, cavalier du Champion Huerto Del Diablo :

 

Rencontre avec des acteurs de la filière ravis et prêts à recommencer !

 

Huerto Del Diablo, un ange jusqu'au bout

Le nouveau champion des 5 ans Hunter est né en Bretagne...mais il puise bien ses origines en Normandie, et même dans la Manche, à l'élevage d'Orval de la famille Lempérière. En effet, la mère de Huerto, Je Viens d'Orval (Rosire), provient de la fameuse souche de La Belletière, grande gagnante internationale avec Hervé Godignon dans les années 80-90, elle-même mère de son autre bon cheval Highlander One. On retrouve dans cette souche la plupart des chevaux ayant fait la réputation de l'affixe, notamment l'étalon Tu Viens d'Orval, le gagnant international en concours complet Nodin d'Orval, et plus récemment Lana d'Orval (A. Lagoubie), et Petit Chef d'Orval (CSI pour l'Italie). "Je cherchais des juments et j'ai vu cette jument sous la selle d'Eric Février" raconte Janick Redon, le naisseur du champion. Président du Haras de Lamballe durant quelques années, ce chef d'entreprise dans la grande distribution a posé ses valises à quelques centaines de mêtres de chez Guillaume Ansquer, éleveur bien connu à l'affixe "de Kreisker". "Je suis aujourd'hui à la retraite ce qui me permet de monter tous les jours. J'ai mes poulinières et mes poulains à la maison, et Guillaume m'aide dans le choix des étalons et s'occupe des poulinages."

HUERTO DEL DIABLO & Tony Cadet - Crédit photos : PSV Photos

Les chevaux 'Del Diablo' sont déjà nombreux et ce n'est d'ailleurs pas Huerto qui fut le premier dans les écuries de Tony Cadet. "Un jour, des clients m'amènent Venta Del Diablo, une jument avec qui il ne s'en sortaient pas. Après un essai, je leur ai conseillé d'essayer de l'échanger" raconte le cavalier. Il contacta alors son naisseur Janick Redon. "Je voulais absolument récupérer cette jument" avoue ce dernier, "je leur ai donc proposé Huerto". Il n'avait que trois ans. "Ils me l'ont confié seulement en juin 2021, il n'a donc pas sauté à 4 ans" explique Tony Cadet. "Puis il a débuté en Formation 1 et 2 au début de l'année et je l'ai rapidement mis en hunter. Il est bien adapté, avec un excellent caractère, un bon galop, un joli geste des antérieurs qui forment un angle droit genou/avant-bras, toujours régulier, avec une vitesse constante". Tony Cadet connaît bien le monde du hunter et apprécie le circuit SHF pour son côté formateur. "Les chevaux sautent relâchés, on leur apprendre à se réceptionner sur un pied ou l'autre, ce sont des choses simples pour lesquelles il faut s'y prendre assez tôt. Le circuit est intéressant, d'autant qu'il donne des points supplémentaires à ceux qui sortent en Cycle Classique. Cela met en avant les cavaliers qui font bien leur métier." Il n'a aucun doute sur le fait que la discipline attire de plus en plus de professionnels, notamment grâce aux débouchés commerciaux. "Le hunter est tout sauf péjoratif. C'est important de montrer que nous sommes, nous français, capables de le faire, comme les Belges ou les Néerlandais." Ces pays ont été précurseurs sur ce marché juteux des chevaux de hunter destinés à l'Amérique du Nord. Huerto Del Diablo s'est d'ailleurs d'ores et déjà envolé pour la Floride. "Il va sauter 60cm, 80cm, 1m...il sera monté par une dame qui ne cherchera pas le chrono. La première qualité d'un cheval de hunter, c'est le zéro risque." Tony Cadet a d'ailleurs guidé des clients Californiens et Floridiens pendant la Grande Semaine. "Depuis l'an dernier, je passe cinq mois par an en Floride, de novembre à mars, entre Naples et Wellington où les propriétaires possèdent des écuries. Cette année j'emmène deux chevaux que je vendrai sur place. Là-bas, je ne monte qu'en saut d'obstacles, le hunter étant une discipline de spécialistes." Souhaitons toutefois que le nouveau champion SHF Hunter 5 ans connaisse la même carrière qu'un autre cheval formé par Tony Cadet, Poker du Poher, Champion Hunter SHF à 4 ans en 2007 et sacré à plusieurs reprises "Cheval de l'Année" aux Etats-Unis.

HUERTO DEL DIABLO & Tony Cadet - Crédit photos : PSV Photos

Melissas Sydney, le bon élève 

Beaucoup l'observent depuis sa première sortie. Grand, beau, élégant, charismatique même, le fils d'Emerald a tout pour lui, y compris le talent à l'obstacle. Né aux Pays-Bas et inscrit au KWPN, Melissas Sydney fut repéré foal par Bernard Le Courtois, éleveur émérite et fin connaisseur. "Les origines me plaisaient, avec le croisement de deux cracks, Emerald sur l'excellente souche de Narcotique II de Muze, qui évolua au niveau international avec Eric Lamaze" explique-t-il. "J'avais envie d'expérimenter le croisement avec Katchina Mail et ses filles". Il parvient à convaincre un investisseur monégasque de miser sur ce poulain exceptionnel qui lui confia à l'élevage. "Il est toujours resté très beau" dit-il, "à deux ans, il était déjà bien fini et sautait très bien". Il fut d'ailleurs approuvé à l'AES et débuta la monte. "J'ai inscrit les poulains OC avec le secret espoir que le Selle Français finisse par l'approuver". Ce qui n'est pas apparemment à l'ordre du jour, mais n'a pas empêché les éleveurs de lui confier leurs juments avec une quarantaine de saillies annuelles. "L"histoire de ce cheval est singulière : l'embryon fut conçu en France puis implanté dans une porteuse achetée par des néerlandais, ce qui explique pourquoi il est né KWPN. Puis nous l'avons acheté poulain". Le bai confirme son intérêt pour le sport avec ce titre de vice-champion en hunter. "Il bouge très bien et a hérité de la technique de saut de son père, les genoux dans les ganaches" se réjouit Bernard Le Courtois. Après une année de 4 ans où il assura la monte tout en participant à la finale SHF Cycle Classique 4 ans (double sans faute) et Hunter 4 ans (vice-champion), Melissas Sydney réitéra l'expérience cette saison. "Il n'aurait peut-être pas dû faire la monte cette année" constate Bernard. "Cela lui a sans doute un peu tiré dessus car il n'était pas aussi brillant en fin de saison. Il perd le championnat car il ne passe pas un changement de pied lors de la dernière épreuve".

MELISSAS SYDNEY & Grégoire Hercelin - Crédit photos : PSV Photos

Appliqué et harmonieux, l'étalon offre également à son cavalier l'opportunité de démontrer tout son talent de préparateur. "Le cheval se prête énormément à ce format d'épreuve" dit Grégoire Hercelin. "Dans le style, le geste... Participer aux deux finales, Cycle Classique et Hunter, double les chances de bien figurer voire de remporter un titre. D'autant que le marché est porteur et terminer sur le podium assure quasiment une vente". Le normand, connu pour s'illustrer sur le circuit SHF Cycle Classique, développe de plus en plus le hunter, même s'il est parfois compliqué de trouver des épreuves. "Nous avons peu de compétitions en Normandie durant la saison. Il faudrait trouver des créneaux pour organiser des épreuves. Prenez l'exemple de St Lunaire : ils ont eu 100 engagés par jour ! En plus, les épreuves SHF Hunter donnent des points pour le Top 100, c'est dommage de ne pas en profiter !". De l'avis du pilote, ses consœurs et confrères ont encore du mal à se lancer dans cet univers qu'ils perçoivent comme un concours de déguisement. "Beaucoup trouvent ça ridicule. Pourtant, ça ne demande pas de gros efforts et ça fait du bien au cheval, on le rend disponible, et commercialement, c'est intéressant." D'ailleurs, Melissas Sydney pourrait bien prendre la route de l'Amérique du Nord, tant les sollicitations depuis Fontainebleau sont nombreuses...

MELISSAS SYDNEY & Grégoire Hercelin - Crédit photos : PSV Photos

 

Hitchcock de la Gagnerie, virtuose du hunter

Mais qui donc se cache derrière ce patronyme ô combien énigmatique...? Pour le savoir, petit retour en arrière il y a douze ans, lorsque Serge Petetin, pur amateur et grand amoureux des chevaux, décide d'acheter son premier cheval : Virtuose de Jalesnes. Ce fils du crack de Marcus Ehning Sandro Boy né chez Henry du Noyer, lui "tape" dans l'oeil. Il en fera son cheval, celui d'une vie, celui qui l'emmène en promenade chaque semaine. Installé alors au Haras de la Tonnellerie de Sylvie Passenaud, l'envie le saisit d'avoir un fils de son bel étalon noir pangaré. La propriétaire des lieux lui propose d'utiliser l'une de ses juments, Quoriana Sange. "Je tenais à avoir un descendant de mon cheval" dit-il, "mais je ne suis pas du tout éleveur". Espérant un mâle copie conforme du père et du grand-père, il obtient onze mois plus tard...une jument bai ! Qu'à cela ne tienne, il décide de la conserver et de la confier d'abord à Caroline Artaud à 4 ans puis à Victor Bernardin cette saison, cavalier professionnel installé à Sury-en-Vaux. 9ème de la Petite Finale l'an dernier, Hitchcok reprit sur le circuit SHF en avril. "Il m'était difficile de m'occuper de deux chevaux en même temps, j'ai donc choisi de la vendre" précise-t-il.

HITCHCOCK DE LA GAGNERIE & Léa Verdier - Crédit photos : PSV Photos

L'heureuse acquéreuse se nomme Léa Verdier. Ce nom ne vous dit rien ? Pourtant, c'est bien elle qui révéla au public l'excellente Pyrite du Loir, la fille de Kantje's Ronaldo née chez Patrick Meunier, finaliste SHF à 5 et 6 ans, vainqueur de nombreux Grands Prix poneys et membre de l'équipe de France. "J'ai acheté Hitchcok deux mois avant Fontainebleau" raconte-t-elle. "Je devais monter une 4 ans mais elle s'est révélée plus compliquée que prévu et nous l'avons envoyée en Normandie chez un professionnel. Je me suis retrouvée à pieds". Un coup de fil à Victor Bernardin et Léa acheta la jument. "Elle n'était pas qualifiée pour la Grande Semaine, et il me restait deux concours hunter" se souvient-elle. Fort heureusement, Hitchcok décrocha deux premières primes à Angers Corné...car au concours suivant, une faute émailla son score à chaque parcours. La suite, nous la connaissons : deux parcours sans pénalité lors de la finale lui offrent la troisième marche du podium. Bien que très expérimentée, Léa reste une cavalière amateur. "En 2017, je suis allée travailler au sein de grosses écuries en Normandie, chez Reynald Angot puis Skye Higgins. A la fin de l'année, en dressant le bilan, j'ai compris que je n'en ferais pas mon métier et que je continuerais à monter par passion" avoue-t-elle. La jeune femme jongle ainsi entre son travail et ses chevaux, au nombre de huit actuellement. Car évidemment, qui dit passion, dit aussi élevage, et chez les Verdier, le virus n'est pas prêt de s'envoler.

HITCHCOCK DE LA GAGNERIE & Léa Verdier - Crédit photos : PSV Photos

 

Consultez le Championnat Hunter des chevaux de 5 ans ci-dessous :

Championnat Hunter 5 ans

Sur le même sujet

Fontainebleau 2022 : Un Champion Génial dans les Hunter 6 ans 04.09.2022 Fontainebleau 2022 : Un Champion Génial dans les Hunter 6 ans Si vous l'avez manqué, retrouvez l'interview de Bruno Rocuet, propriétaire de GENIAL DE BRION après sa victoire dans le Championnat Hunter 6 ans :  Encore un champion repéré par l'homme en forme de cette Grande Semaine 2022, Bruno Rocuet ! Le Breton et son oeil avisé ont misé sur le bon cheval, Génial de Brion, issu du bon élevage de la famille Gauquelin. Si le normand va a priori rester en France, son dauphin Goubert d'Arvor devrait s'envoler rapidement vers l'Amérique, tandis que Gericault Bois Margot prend des vacances bien méritées. Rencontre avec celles et ceux qui les ont façonné.     Génial de Brion, le brillant Manchois  Si l'affixe ne vous dit rien, le patronyme de son naisseur le devrait : Charles Gauquelin. Cet éleveur laitier de la Baie du Mont St Michel n'est autre que le fils de Raymond Gauquelin, disparu voici quelques années et qui fut notamment juge Selle Français et fin connaisseur des chevaux de sport. Installé à deux pas du centre d'entraînement de Dragey-Ronthon, l'un des plus importants de Normandie, Charles poursuit la passion familiale avec une poignée de poulinières, essentiellement Selle Français mais aussi Pur-Sang. "Je n'y connaissais rien en courses" avoue-t-il, "mais comme je côtoie des professionnels du centre, je me suis lancé". Côté sport, Charles a construit son élevage sur la bonne souche de son père dont il hérita voici déjà trente-six ans d'une certaine Frigibelle, née de l'union des deux 'monstres sacrés' de l'élevage Manchois, Ibrahim et Rantzau. Alors âgée de quinze ans, Frigibelle donna deux mâles - dont l'étalon Cracos de Brion - et une femelle - Danaide de Brion, sa propre soeur, tous deux par le Saint-Lois Qredo de Paulstra. Bien que jamais sortie en compétition, Danaide donna naissance à dix produits, dont sa toute première fille Hirondelle de Brion (Rosire), ISO 143 et finaliste à 5 ans. Elle intégra à son tour le haras où elle laissa huit produits, notamment le bon Quartz de Brion, ISO 140, finaliste à 6 ans et étalon, propre frère de Reine de Brion, par Grain de Voltaire. "J'aimais bien ce cheval monté par Julien Epaillard" dit l'éleveur. On se souvient effectivement de ce joli bai foncé styliste et performante, indicé 167 et bon gagnant international, qui était alors distribué par feu Michel Ruel. GENIAL DE BRION & Nicolas Layec - Crédit photos : PSV Photos Un jour, alors qu'il regarde la finale Coupe du Monde de Las vegas, Charles Gauquelin flashe sur...Vagabond de la Pomme. Ni une, ni deux, Reine du Brion est inséminée par l'étalon du Haras de Clarbec. "Elle a pouliné seule dehors" se souvient-il, "Génial était déjà debout et têtait, il a tout de suite été très dynamique". Féru de concours d'élevage, le normand décide de le présenter au concours foal de Saint-Lô. "il avait un trot et un galop époustouflant !" se souvient-il. Au soir du deuxième jour, Génial de Brion est sacré Champion de France des Foals Mâles Selle Français. "Nous l'avons gardé entier et vers 18 mois, nous l'avons mis à l'obstacle. Il était très démonstratif et je me suis dit qu'il avait quelque chose". Pourtant, les Gauquelin décident de le castrer quelques semaines plus tard, un acte dont l'alezan eut du mal à se remettre. Après des débuts à 4 ans sous la selle de Jérémie Rolland, Génial croise la route de la famille Bouet. "Cyrille aimait beaucoup le cheval, alors nous avons conclu un deal" explique l'éleveur. Quelques épreuves F2 plus tard, ils décident de remettre le cheval au pré. "Nous l'avons repris à 6 ans et là, il semblait aller mieux. Puis un jour, à la détente de Villedieu les Poëles, alors qu'il attendant son cavalier, Bruno Rocuet a flashé sur lui. Nicolas (Layec, ndlr) l'a essayé et ils l'ont acheté. Je pense qu'il avait besoin d'un autre cavalier pour montrer son potentiel. Avec Nicolas, il est décontracté, facile à l'obstacle." En trois mois, Génial se qualifie pour Fontainebleau en Cycle Classique et Hunter. Le couple termine 19e du Championnat des 6 ans après deux fautes dans l'ultime épreuve, et remporte le Championnat Hunter 6 ans. "C'est une chance qu'il soit tombé dans une si bonne maison. C'est une très bonne vitrine pour notre élevage. Le cheval s'est bien présenté, ce sont de vrais pros" admet Charles Gauquelin. Une publicité qui le ravit puisqu'il possède encore deux sœurs utérines, les dernières puisque Reine de Brion est morte au printemps dernier.  GENIAL DE BRION & Nicolas Layec - Crédit photos : PSV Photos
Fontainebleau 2022 : Hébé d'Haligan, Elite et champion des Poneys de 5 ans ! 04.09.2022 Fontainebleau 2022 : Hébé d'Haligan, Elite et champion des Poneys de 5 ans ! Annelise Vernon, propriétaire d'Hebe d'Haligan nous parle de son protégé à l'issue de sa victoire :   Peu populaire au regard du nombre d’engagés (sept poneys de 4 ans, neuf de 5 ans et dix de 6 ans), voire méconnue en France, la discipline du Hunter est pourtant très éducative. Les finales SHF de cette discipline se sont déroulée les 3 et 4 septembre lors de la Grande Semaine de Fontainebleau. Débutons ce tour d’horizon avec le champion des 5 ans, Hébé d’Haligan, gratifié d’une mention Elite sous la selle de Valentin Very. « Je l’ai monté au pied levé sur un concours SHF pour le qualifier, puis la semaine avant la finale. Je ne monte que des chevaux habituellement, le fait d’évoluer avec un poney est exceptionnel, il faut dire aussi que je suis assez grand ! Hébé se prête à la discipline et est facile, il n’y avait plus qu’à bien le présenter le jour J », confie Valentin Very, cavalier professionnel de CSO et de Hunter, gérant de l’écurie Very Jump, basée à Montigny-sur-Loing à côté de Fontainebleau. « J’ai toujours des jeunes chevaux à monter dans la finale du Cycle Classique de CSO et quelques-uns dans la finale de Hunter. J’aime beaucoup cette discipline », poursuit-il. Il la pratique avec deux types de chevaux : des jeunes qui sont un peu en retard dans leur travail et qui ont besoin de prendre du métier dans le but de poursuivre en CSO et ceux qui ont du potentiel pour cette discipline (le Hunter donc) et qui peuvent être vendus aux Etats-Unis « car une grosse partie des chevaux de concours des cavaliers américains font du Hunter, ces chevaux sont recherchés, il y a un vrai débouché commercial ». HEBE D'HALIGAN & Valentin Very - Crédit photos : PSV Photos Hébé d’Haligan est né chez Vincent Faucheux (35) et appartient à Annelise Verlon, qui avait par ailleurs acheté Tutti Quanti Joyeuse lorsqu’elle avait 4 ans (ponette qui a formé Sarah Desmoules jusqu’en CSIOP). Cette vente s’est opérée lors du premier confinement. « En surfant sur le net, je suis tombée sur une annonce d’un éleveur vendant deux mâles Poney Français de Selle pie gris de 3 ans. Je suis allée les voir lorsque nous avons pu reprendre la route. L’affaire fut conclue le jour même : j’ai donc acheté ces deux poneys 3/4 frères. Hysope était un très joli poney au très bon caractère, mais il manquait d’influx pour sauter des grosses barres. Il a été très facile à débourré et a été vendu à 4 ans à une jeune cavalière. Hébé était moins tape à l’œil dans son physique – il a beaucoup évolué avec le travail – et avait un caractère très sensible, mais il montrait des aptitudes sportives intéressantes, du sang, de la souplesse, une bonne classe de galop et il a commencé à se révéler lors de sa cinquième séance de sauts en liberté à la maison », indique Annelise Verlon. Elle le débourre avec l’aide de Lina, jeune cavalière de 13 ans, avant de le confier pour la saison des 4 ans à une autre cavalière. « Joyce aura fait un très bon travail d’ensemble et l’aura mis en route et débuté en piste sur quelques Prépa. Revenu à la maison au début de son année de 5 ans, l’objectif de la saison était de parfaire son niveau de dressage et de faire quelques tours de travail sans objectif de finale car nous souhaitions plutôt accentuer le travail pour préparer sereinement les 6 ans de CSO / Hunter et les 7 ans. Ainsi, l’idée de l’essayer au Hunter était intéressante. Hébé correspond bien au standard de la discipline : il a un très bon galop naturellement cadencé, une très bonne bouche, un très bon équilibre, une très bonne tête et une envie de bien faire. Dans son style au saut, il est bien rangé devant ce qui plaît également. Il nous restait à parfaire tout cela et à lui apprendre à effectuer des changements de pied. Cela a été la base du travail sur le plat cette saison ». HEBE D'HALIGAN & Valentin Very - Crédit photos : PSV Photos