04.09.2022

Fontainebleau 2022 : Un Champion Génial dans les Hunter 6 ans

Si vous l'avez manqué, retrouvez l'interview de Bruno Rocuet, propriétaire de GENIAL DE BRION après sa victoire dans le Championnat Hunter 6 ans : 

Encore un champion repéré par l'homme en forme de cette Grande Semaine 2022, Bruno Rocuet ! Le Breton et son oeil avisé ont misé sur le bon cheval, Génial de Brion, issu du bon élevage de la famille Gauquelin. Si le normand va a priori rester en France, son dauphin Goubert d'Arvor devrait s'envoler rapidement vers l'Amérique, tandis que Gericault Bois Margot prend des vacances bien méritées.

Rencontre avec celles et ceux qui les ont façonné.

 

 

Génial de Brion, le brillant Manchois 

Si l'affixe ne vous dit rien, le patronyme de son naisseur le devrait : Charles Gauquelin. Cet éleveur laitier de la Baie du Mont St Michel n'est autre que le fils de Raymond Gauquelin, disparu voici quelques années et qui fut notamment juge Selle Français et fin connaisseur des chevaux de sport. Installé à deux pas du centre d'entraînement de Dragey-Ronthon, l'un des plus importants de Normandie, Charles poursuit la passion familiale avec une poignée de poulinières, essentiellement Selle Français mais aussi Pur-Sang. "Je n'y connaissais rien en courses" avoue-t-il, "mais comme je côtoie des professionnels du centre, je me suis lancé". Côté sport, Charles a construit son élevage sur la bonne souche de son père dont il hérita voici déjà trente-six ans d'une certaine Frigibelle, née de l'union des deux 'monstres sacrés' de l'élevage Manchois, Ibrahim et Rantzau. Alors âgée de quinze ans, Frigibelle donna deux mâles - dont l'étalon Cracos de Brion - et une femelle - Danaide de Brion, sa propre soeur, tous deux par le Saint-Lois Qredo de Paulstra. Bien que jamais sortie en compétition, Danaide donna naissance à dix produits, dont sa toute première fille Hirondelle de Brion (Rosire), ISO 143 et finaliste à 5 ans. Elle intégra à son tour le haras où elle laissa huit produits, notamment le bon Quartz de Brion, ISO 140, finaliste à 6 ans et étalon, propre frère de Reine de Brion, par Grain de Voltaire. "J'aimais bien ce cheval monté par Julien Epaillard" dit l'éleveur. On se souvient effectivement de ce joli bai foncé styliste et performante, indicé 167 et bon gagnant international, qui était alors distribué par feu Michel Ruel.

GENIAL DE BRION & Nicolas Layec - Crédit photos : PSV Photos

Un jour, alors qu'il regarde la finale Coupe du Monde de Las vegas, Charles Gauquelin flashe sur...Vagabond de la Pomme. Ni une, ni deux, Reine du Brion est inséminée par l'étalon du Haras de Clarbec. "Elle a pouliné seule dehors" se souvient-il, "Génial était déjà debout et têtait, il a tout de suite été très dynamique". Féru de concours d'élevage, le normand décide de le présenter au concours foal de Saint-Lô. "il avait un trot et un galop époustouflant !" se souvient-il. Au soir du deuxième jour, Génial de Brion est sacré Champion de France des Foals Mâles Selle Français. "Nous l'avons gardé entier et vers 18 mois, nous l'avons mis à l'obstacle. Il était très démonstratif et je me suis dit qu'il avait quelque chose". Pourtant, les Gauquelin décident de le castrer quelques semaines plus tard, un acte dont l'alezan eut du mal à se remettre. Après des débuts à 4 ans sous la selle de Jérémie Rolland, Génial croise la route de la famille Bouet. "Cyrille aimait beaucoup le cheval, alors nous avons conclu un deal" explique l'éleveur. Quelques épreuves F2 plus tard, ils décident de remettre le cheval au pré. "Nous l'avons repris à 6 ans et là, il semblait aller mieux. Puis un jour, à la détente de Villedieu les Poëles, alors qu'il attendant son cavalier, Bruno Rocuet a flashé sur lui. Nicolas (Layec, ndlr) l'a essayé et ils l'ont acheté. Je pense qu'il avait besoin d'un autre cavalier pour montrer son potentiel. Avec Nicolas, il est décontracté, facile à l'obstacle." En trois mois, Génial se qualifie pour Fontainebleau en Cycle Classique et Hunter. Le couple termine 19e du Championnat des 6 ans après deux fautes dans l'ultime épreuve, et remporte le Championnat Hunter 6 ans. "C'est une chance qu'il soit tombé dans une si bonne maison. C'est une très bonne vitrine pour notre élevage. Le cheval s'est bien présenté, ce sont de vrais pros" admet Charles Gauquelin. Une publicité qui le ravit puisqu'il possède encore deux sœurs utérines, les dernières puisque Reine de Brion est morte au printemps dernier. 

GENIAL DE BRION & Nicolas Layec - Crédit photos : PSV Photos

Goubet d'Arvor, du Cotentin aux Amériques

Installé au Haras national de Saint Lô où il loue 22 boxes, Gérald Brault partage son temps entre les jeunes et vieux chevaux, le commerce et l'élevage, grâce à une ferme située à proximité de la capitale manchoise. Il ne valorise que des chevaux appartenant à l'écurie, qu'ils soient nés à l'élevage familial ou achetés foals. "Un jour, le GFE, qui avait acheté Goubet, m'a contacté car ils voulaient arrêter sa carrière d'étalon, mais poursuivre sa valorisation pour le vendre" explique-t-il. "Il est arrivé un mois et demi avant Fontainebleau". La mission s'annonçait risquée, d'autant que le fils de Baloubet du Rouet avait été sacré Champion Hunter SHF à 5 ans avec Tony Cadet, noté 17/20 lors de la finale et labellisé Elite. "Je l'ai inscrit en hunter au concours SHF de Saint Lô et il s'est très bien débrouillé" dit-il. Qualifié en deux jours, Goubet fut alors immédiatement présenté à une cliente d'Alizé Jeandon, Stéphanie Janet, une française vivant à New York. "Il était conditionné hunter et s'il a loupé sa finale en faisant 4 points, il s'est bien comporté. Il était entier et cela lui posait des problèmes de concentration, surtout à la détente" raconte Gérald. Bien que déjà essayé par des clients américains, Goubet a permis à son cavalier de découvrir un nouvel univers. "Je ne suis pas du tout spécialiste du hunter. J'ai pris autant de plaisir dans cette finale que de sauter de belles épreuves. Je vais développer la discipline car les épreuves sont meilleures pour les chevaux qui sont moins sollicités physiquement, mieux mis, plus disponibles." Avec un seul cheval engagé à la Grande Semaine, le normand voulait bien faire...et c'est plutôt réussi !

GOUBET D'ARVOR & Gérald Brault - Crédit photos : PSV Photos

 

Gericault Bois Margot, en bronze sans tambour ni trompettes

Bai foncé comme son illustre père L'Arc de Triomphe, Gericault semble également en avoir hérité sa sensibilité, souvent signe de qualité. Arrivé en juillet de son année de 4 ans dans les écuries de Charlotte Caron, le hongre a révélé tout son talent sur le circuit hunter. "C'est un cheval délicat, timide avec qui j'ai construit une relation très particulière" explique la jeune femme. "A côté de ça, il est très drôle, il se fait toujours remarquer, un vrai comique !". Le grand émotif qu'il est a besoin de contact humain...mais n'apprécie guère ses congénères sur les paddocks. "Il a peur des autres chevaux à la détente alors qu'il part seul en extérieur. En piste il est totalement différent". La preuve, il se qualifie pour la finale SHF 5 ans mais n'y participa pas. "Je me suis cassée la main et j'ai dû faire l'impasse. Les propriétaires et naisseurs ont souhaité confier Géricault à un autre cavalier mais pour la première fois, il s'est arrêté" raconte-t-elle. Charlotte Caron a construit une véritable relation de confiance qui s'exprime parfaitement en hunter. "La discipline lui convient bien car je le monte relâché, je peux lui faire confiance et le laisser faire." Elle vivait cette année sa première Grande Semaine et a été ravie de ce qu'elle a découvert. "Les épreuves SHF Hunter sont intéressantes. Elles permettent d'obtenir des points de qualification pour les chevaux parfois dispersés, les parcours sont faciles et les chevaux progressent bien. C'est utile aussi pour les étalons qui ont des difficultés de concentration, sans leur demander de forcer. Sans oublier la vidéo qui nous aide à commercialiser" dit-elle. Pour le moment, son partenaire s'offre quelques semaines de vacances avant, elle l'espère, de réintégrer son écurie près de Notre Dame d'Estrées en fin d'année.

GUERICAULT BOIS MARGOT & Charlotte Caron - Crédit photos : PSV Photos

Retrouvez l'intégralité des résultats du Championnat des 6 ans Hunter ci-dessous :

Championnat Hunter 6 ans

Sur le même sujet

Fontainebleau 2022 : HUERTO DEL DIABLO Champion des Hunter 5 ans 04.09.2022 Fontainebleau 2022 : HUERTO DEL DIABLO Champion des Hunter 5 ans Les cavaliers de saut d'obstacles ont dominé ce championnat associés, d'ailleurs, à des chevaux orientés au départ vers cette discipline. De la Bretagne aux Pays-Bas en passant par la Touraine, ce podium offre une diversité rafraîchissante et encourageante quant à l'intérêt des professionnels pour le hunter. D'ailleurs, le commerce semble là-aussi bien fonctionner et plaider en sa faveur. Retrouvez l'interview vidéo de Tony Cadet, cavalier du Champion Huerto Del Diablo :   Rencontre avec des acteurs de la filière ravis et prêts à recommencer !   Huerto Del Diablo, un ange jusqu'au bout Le nouveau champion des 5 ans Hunter est né en Bretagne...mais il puise bien ses origines en Normandie, et même dans la Manche, à l'élevage d'Orval de la famille Lempérière. En effet, la mère de Huerto, Je Viens d'Orval (Rosire), provient de la fameuse souche de La Belletière, grande gagnante internationale avec Hervé Godignon dans les années 80-90, elle-même mère de son autre bon cheval Highlander One. On retrouve dans cette souche la plupart des chevaux ayant fait la réputation de l'affixe, notamment l'étalon Tu Viens d'Orval, le gagnant international en concours complet Nodin d'Orval, et plus récemment Lana d'Orval (A. Lagoubie), et Petit Chef d'Orval (CSI pour l'Italie). "Je cherchais des juments et j'ai vu cette jument sous la selle d'Eric Février" raconte Janick Redon, le naisseur du champion. Président du Haras de Lamballe durant quelques années, ce chef d'entreprise dans la grande distribution a posé ses valises à quelques centaines de mêtres de chez Guillaume Ansquer, éleveur bien connu à l'affixe "de Kreisker". "Je suis aujourd'hui à la retraite ce qui me permet de monter tous les jours. J'ai mes poulinières et mes poulains à la maison, et Guillaume m'aide dans le choix des étalons et s'occupe des poulinages." HUERTO DEL DIABLO & Tony Cadet - Crédit photos : PSV Photos Les chevaux 'Del Diablo' sont déjà nombreux et ce n'est d'ailleurs pas Huerto qui fut le premier dans les écuries de Tony Cadet. "Un jour, des clients m'amènent Venta Del Diablo, une jument avec qui il ne s'en sortaient pas. Après un essai, je leur ai conseillé d'essayer de l'échanger" raconte le cavalier. Il contacta alors son naisseur Janick Redon. "Je voulais absolument récupérer cette jument" avoue ce dernier, "je leur ai donc proposé Huerto". Il n'avait que trois ans. "Ils me l'ont confié seulement en juin 2021, il n'a donc pas sauté à 4 ans" explique Tony Cadet. "Puis il a débuté en Formation 1 et 2 au début de l'année et je l'ai rapidement mis en hunter. Il est bien adapté, avec un excellent caractère, un bon galop, un joli geste des antérieurs qui forment un angle droit genou/avant-bras, toujours régulier, avec une vitesse constante". Tony Cadet connaît bien le monde du hunter et apprécie le circuit SHF pour son côté formateur. "Les chevaux sautent relâchés, on leur apprendre à se réceptionner sur un pied ou l'autre, ce sont des choses simples pour lesquelles il faut s'y prendre assez tôt. Le circuit est intéressant, d'autant qu'il donne des points supplémentaires à ceux qui sortent en Cycle Classique. Cela met en avant les cavaliers qui font bien leur métier." Il n'a aucun doute sur le fait que la discipline attire de plus en plus de professionnels, notamment grâce aux débouchés commerciaux. "Le hunter est tout sauf péjoratif. C'est important de montrer que nous sommes, nous français, capables de le faire, comme les Belges ou les Néerlandais." Ces pays ont été précurseurs sur ce marché juteux des chevaux de hunter destinés à l'Amérique du Nord. Huerto Del Diablo s'est d'ailleurs d'ores et déjà envolé pour la Floride. "Il va sauter 60cm, 80cm, 1m...il sera monté par une dame qui ne cherchera pas le chrono. La première qualité d'un cheval de hunter, c'est le zéro risque." Tony Cadet a d'ailleurs guidé des clients Californiens et Floridiens pendant la Grande Semaine. "Depuis l'an dernier, je passe cinq mois par an en Floride, de novembre à mars, entre Naples et Wellington où les propriétaires possèdent des écuries. Cette année j'emmène deux chevaux que je vendrai sur place. Là-bas, je ne monte qu'en saut d'obstacles, le hunter étant une discipline de spécialistes." Souhaitons toutefois que le nouveau champion SHF Hunter 5 ans connaisse la même carrière qu'un autre cheval formé par Tony Cadet, Poker du Poher, Champion Hunter SHF à 4 ans en 2007 et sacré à plusieurs reprises "Cheval de l'Année" aux Etats-Unis. HUERTO DEL DIABLO & Tony Cadet - Crédit photos : PSV Photos
Fontainebleau 2022 : Hébé d'Haligan, Elite et champion des Poneys de 5 ans ! 04.09.2022 Fontainebleau 2022 : Hébé d'Haligan, Elite et champion des Poneys de 5 ans ! Annelise Vernon, propriétaire d'Hebe d'Haligan nous parle de son protégé à l'issue de sa victoire :   Peu populaire au regard du nombre d’engagés (sept poneys de 4 ans, neuf de 5 ans et dix de 6 ans), voire méconnue en France, la discipline du Hunter est pourtant très éducative. Les finales SHF de cette discipline se sont déroulée les 3 et 4 septembre lors de la Grande Semaine de Fontainebleau. Débutons ce tour d’horizon avec le champion des 5 ans, Hébé d’Haligan, gratifié d’une mention Elite sous la selle de Valentin Very. « Je l’ai monté au pied levé sur un concours SHF pour le qualifier, puis la semaine avant la finale. Je ne monte que des chevaux habituellement, le fait d’évoluer avec un poney est exceptionnel, il faut dire aussi que je suis assez grand ! Hébé se prête à la discipline et est facile, il n’y avait plus qu’à bien le présenter le jour J », confie Valentin Very, cavalier professionnel de CSO et de Hunter, gérant de l’écurie Very Jump, basée à Montigny-sur-Loing à côté de Fontainebleau. « J’ai toujours des jeunes chevaux à monter dans la finale du Cycle Classique de CSO et quelques-uns dans la finale de Hunter. J’aime beaucoup cette discipline », poursuit-il. Il la pratique avec deux types de chevaux : des jeunes qui sont un peu en retard dans leur travail et qui ont besoin de prendre du métier dans le but de poursuivre en CSO et ceux qui ont du potentiel pour cette discipline (le Hunter donc) et qui peuvent être vendus aux Etats-Unis « car une grosse partie des chevaux de concours des cavaliers américains font du Hunter, ces chevaux sont recherchés, il y a un vrai débouché commercial ». HEBE D'HALIGAN & Valentin Very - Crédit photos : PSV Photos Hébé d’Haligan est né chez Vincent Faucheux (35) et appartient à Annelise Verlon, qui avait par ailleurs acheté Tutti Quanti Joyeuse lorsqu’elle avait 4 ans (ponette qui a formé Sarah Desmoules jusqu’en CSIOP). Cette vente s’est opérée lors du premier confinement. « En surfant sur le net, je suis tombée sur une annonce d’un éleveur vendant deux mâles Poney Français de Selle pie gris de 3 ans. Je suis allée les voir lorsque nous avons pu reprendre la route. L’affaire fut conclue le jour même : j’ai donc acheté ces deux poneys 3/4 frères. Hysope était un très joli poney au très bon caractère, mais il manquait d’influx pour sauter des grosses barres. Il a été très facile à débourré et a été vendu à 4 ans à une jeune cavalière. Hébé était moins tape à l’œil dans son physique – il a beaucoup évolué avec le travail – et avait un caractère très sensible, mais il montrait des aptitudes sportives intéressantes, du sang, de la souplesse, une bonne classe de galop et il a commencé à se révéler lors de sa cinquième séance de sauts en liberté à la maison », indique Annelise Verlon. Elle le débourre avec l’aide de Lina, jeune cavalière de 13 ans, avant de le confier pour la saison des 4 ans à une autre cavalière. « Joyce aura fait un très bon travail d’ensemble et l’aura mis en route et débuté en piste sur quelques Prépa. Revenu à la maison au début de son année de 5 ans, l’objectif de la saison était de parfaire son niveau de dressage et de faire quelques tours de travail sans objectif de finale car nous souhaitions plutôt accentuer le travail pour préparer sereinement les 6 ans de CSO / Hunter et les 7 ans. Ainsi, l’idée de l’essayer au Hunter était intéressante. Hébé correspond bien au standard de la discipline : il a un très bon galop naturellement cadencé, une très bonne bouche, un très bon équilibre, une très bonne tête et une envie de bien faire. Dans son style au saut, il est bien rangé devant ce qui plaît également. Il nous restait à parfaire tout cela et à lui apprendre à effectuer des changements de pied. Cela a été la base du travail sur le plat cette saison ». HEBE D'HALIGAN & Valentin Very - Crédit photos : PSV Photos