29.09.2019

Saumur 2019 : Dazzling Kid d'Herbord, vainqueur des poneys de 6 ans et exemple de réussite de l’inbreeding

Trois mentions Élite ont été décernées dans ce championnat des 6 ans Poneys et ont ainsi récompensé les trois médaillés pour leur saison performante et leur Finale réussie. Les meilleurs d’entre eux ont néanmoins été Dazzling Kid d’Herbord présenté par la jeune Margaux Mader.

Le génial DAZZLING KID D'HERBORD s’est emparé, aux commandes de Margaux Mader, de la victoire du Cycle Classique 6 ans Poneys grâce à une performante reprise finale recevant la note de 78, 10%, soit quatre points de plus que leurs poursuivants. Né au Haras d’Herbord et appartenant désormais à Delphine Colmant, le fils du Poneys Français de Selle Oscar de la Chevalerie et de la Welsh Ma Rousse d’Herbord, elle-même fille du réputé Flatteur, réalisait cette année sa première véritable saison en dressage et a réussi l’exploit de totaliser sept victoires sur huit reprises présentées dans le Cycle Classique.



DAZZLING KID D'HERBORD & Margaux Mader

Très polyvalent jusqu’à présent, concourant en dressage, concours complet et saut d’obstacles, le très chic alezan doit cela à ses origines, comme l’explique sa naisseuse, Anne-Marie Chanfreau, du Haras d’Herbord : « J’avais cette fille de Flatteur née chez moi, tout comme sa mère, et je voulais la croiser avec un fils de Flatteur avec l’objectif de faire un inbreeding sur Flatteur car ce dernier produisait énormément de très bons poneys. J’ai ainsi croisé son fils et sa fille ! Dazzling Kid a toujours été très beau, très élégant et bougeait déjà très bien à la naissance. Il s’était d’ailleurs illustré lors du Régional France Dressage à Poitiers lorsqu’il avait trois ans. Flatteur est recommandé dressage, Ma Rousse d’Herbord est labellisée dressage mais le père, Oscar de la Chevalerie, lui, est davantage utilisé en saut d’obstacles et également en concours complet car il transmet ses très belles allures et saute très bien », détaille Anne-Marie Chanfreau, la naisseuse. 

N’étant plus propriétaire du champion de France depuis quelques années, l’éleveuse ne l’a pas pour autant perdu de vue. « J’ai vendu Dazzling à quatre ans. Je l’ai revu cette année à Saumur et l’ai trouvé absolument génial. Lorsqu’il est rentré sur le terrain d’honneur à l’occasion de la reprise préliminaire, il était nettement au dessus des autres ! Il dispose d’une souplesse et d’un rebond impressionnant. Le lendemain, je l’ai trouvé un peu plus fatigué et sa petite cavalière était obligée de le solliciter davantage, mais il restait très très bien. Selon moi, il dispose des qualités nécessaires pour s’illustrer au plus haut niveau, le tout maintenant sera de trouver un enfant capable de l’y emmener. Il évolue magnifiquement bien aujourd’hui avec sa cavalière, mais, celle-ci ayant vingt-trois ans, elle ne peut pas le monter sur le circuit ponam », conclue l’éleveuse pleine d’espoir sur l’avenir de son poulain.  

DARKONLIGHT TARTIFUME, PRATIQUE ET TALENTUEUX 

La deuxième marche du podium a été occupée par DARKONLIGHT TARTIFUME sous la selle de Charlotte Daval. Fils du Holsteiner Conteur et de la Welsh Lagune des Asteries, descendante elle de Dubbel LL’s Swifty, le bai s’est paré d’une médaille d’argent accompagnée d’une mention Élite grâce à la note de 74,600% attribuée par les juges lors de la reprise finale. Aérien et très appliqué, le hongre né chez Eglantine et Patricia Odoux a confirmé tout son potentiel après avoir été sacré Champion de France des poneys de 5 ans l’an passé sur ces mêmes pistes saumuroises.




DARKONLIGHT TARTIFUME
 & Charlotte Daval

Sa propriétaire, Bertille Volla Pelardy, l’a repéré très jeune avec une idée bien précise : « Nous avons acheté Darkonlight lors de la finale des foals à Saumur alors qu’il avait six mois et qu’il venait d’être sacré Champion de France. Il avait un très beau modèle et de très belles allures. Nous l’avons laissé chez l’éleveuse où il a été débourré à trois ans. Nous l’avons ensuite récupéré juste avant la saison des quatre ans. Cette année-là, il n’a participé qu’à deux concours car dès le premier il s’est montré exemplaire. Darkonlight est vraiment très fiable, très sympa et très appliqué. Nous avions choisi de ne pas l’emmener à Saumur car il était un peu bébé encore et que, qui plus est, nous n’avions cette année-là pas d’autres chevaux à emmener à la Finale. L’an passé, pour sa première véritable saison, il a été très bien et très régulier remportant toutes, à l’exception d’une, les épreuves auxquelles il a participé. Darkonlight est destiné à ma nièce, Anna Dupuy Pelardy, et appartient à moitié à ma sœur et l’autre moitié à notre écurie. Anna a treize ans et a commencé à le monter cette année sur le circuit amateur. Ils s’entendent très bien et c’est génial de voir qu’avec une enfant il est aussi bien. Nous avons néanmoins continué à le faire évoluer avec une adulte, Charlotte Daval, la cavalière maison, car il reste un jeune poney qui n’a pas beaucoup d’expérience. À Saumur, Darkonlight était comme à la maison. Il s’est présenté très serein, très gentil et à l’écoute. C’est véritablement un poney sur lequel on peut compter », détaille Bertille Volla Pelardy.  

L’avenir de Darkonlight semble ainsi tout tracé et se présente sous de bons auspices. « Ainsi, dès l’année prochaine il s’élancera sur les épreuves As Poneys avec Anna Dupuy Pelardy. Notre objectif l’année prochaine sera de s’illustrer dans les Poneys Élite. Je crois vraiment en lui pour l’avenir car il dispose d’un caractère en or, d’une mise en main de rêve et d’une galopade incroyable », termine la propriétaire du vice-champion.  

DRAGON BALL DE MEL, PROMESSE D'UN BEL AVENIR

DRAGON BALL DE MEL s’est lui octroyé la médaille de bronze mené d’une main de maître par la jeune Jill Sihalathavong avec laquelle il obtient une note de 74,100% lors de l’ultime reprise. Le précieux, mais très sérieux, hongre alezan est un fils du génial Aron N et de la Poney Français de Selle Ulema de Villée, elle-même fille de Kiss Me de Villée, Poney Français de Selle également. Né chez Caroline Grou, à qui il appartient toujours, le Poney Français de Selle participait alors à sa quatrième Grande Semaine de Saumur. S’il était, lors des éditions précédentes déjà classé aux places d’honneur puisque troisième à quatre ans et vice-champion de France à 5 ans, cette année, après une saison entièrement consacrée au dressage, il a confirmé qu’il était de la trempe des meilleurs en décrochant une nouvelle breloque en argent.



DRAGON BALL DE MEL & Jill Sihalathavong

Premier poulain de sa naisseuse, Caroline Grou, Dragon Ball lui a offert, à nouveau, un beau moment au cœur de l’École Nationale d’Équitation : « J’avais acheté Ulema pour en faire ma première poulinière d’élevage. Je n’avais qu’elle à l’époque et ayant toujours adoré Aron et rêvé de l’utiliser comme étalon je me suis lancée. Lorsqu’il est né, Dragon Ball ressemblait à un petit hippocampe ! Il était très joli mais très fin, et ce jusqu’à ses deux ans. Je l’ai d’ailleurs, à trois ans, présenté à l’approbation étalon mais il a été rejeté car trop léger. Dès qu’il a commencé à travailler il a pris énormément de masse musculaire le rendant plus harmonieux. Il était très sensible à l’élevage mais dès qu’il est rentré au travail il est devenu adorable et proche de l’homme. Dès ses quatre ans, il participé au Cycle Classique en dressage mais aussi en saut d’obstacles. À quatre ans, il était qualifié pour la Finale, mais étant trop émotif j’ai choisi de ne pas l’y emmener. Au fil des années et des saisons, il devient de plus en plus serein. Cette année nous avons principalement travaillé sur les transitions galop, pas. Cela est venu assez rapidement car il dispose d’un bon équilibre. Nous nous sommes également attardés sur les appuyers car la petite cavalière avait du mal à différencier la session à la jambe et l’appuyer. Il fallait mettre en place le couple. D’habitude un peu flambeur, à Saumur il a été très studieux ! Il semble avoir pris de la maturité en fin de saison, ce qui me satisfait énormément », raconte la naisseuse. 

Ensemble depuis six ans désormais, Caroline Grou et Dragon Ball de Mel ne devraient pas tarder à être séparés, mais ce pour que le talentueux alezan explose sur les devants de la scène. « Dragon Ball devrait être essayé dans les jours à venir pour une petite cavalière de treize ans ayant déjà réalisé quelques sorties en As Élite mais dont le poney est depuis à la retraite. Si tout se passe bien il devrait directement commencer par le stage de détection de l’Equipe de France à la fin du mois d’octobre. Quoiqu’il en soit, Dragon Ball est un véritable poney d’avenir car il dispose d’un très bon équilibre, d’un bon pas et d’un galop excellent », conclue l’éleveuse. 

 

Retrouvez tous les résultats de la Grande Semaine de Saumur : 

Résultats 2019