29.09.2019

Saumur 2019 : Danjano règne en maître sur le Cycle Libre 3ème année 6 ans

Une première année de concours plus que réussie pour Danjano et Alice André puisque, après seulement trois concours, le couple s’adjuge la victoire du Cycle Libre 3ème année 6 ans contre quatorze autres concurrents.

Grâce à une très belle note de 85,40% lors de la reprise finale, Danjano a été sacré Champion de France du Cycle Libre 3ème année aux agiles commandes d’Alice André. Né chez Holger Mickenhagen, le fils de Depeche Mode et Figra SF, elle-même fille de Fidermark, n’a pas raté grand chose cette saison. Sur cinq reprises présentées avant la Grande Semaine de Saumur, le hongre alezan a été sacré quatre fois meilleur de sa catégorie, de quoi ravir sa cavalière et propriétaire Alice André : « À quatre et cinq ans il n’est pas sorti en concours car il était un peu inquiet et un peu sur l’œil. Nous avons préféré prendre notre temps et évoluer à la maison avant de l’emmener à l’extérieur. Cette année, nous nous sommes dit qu’il était prêt et que c’était le bon moment. Il a réalisé une très bonne première saison. Au départ, lors des premiers concours il était un peu angoissé, mais il a tout de suite plu aux juges recevant à chaque sortie de très bonnes notes ! À Saumur, il a été un peu compliqué car son coté émotif a fait qu’il était très impressionné. Nous avons donc essayé de nous en occuper le plus et le mieux possible, en lui faisant faire de bonnes détentes, en le marchant régulièrement pour qu’il s’habitue à son environnement et se rassure. En le gérant comme ça et en ne faisant que des petites séances pour calmer l’angoisse mais garder sa fraicheur, nous avons réussi à l’avoir très bien lors des épreuves et il a été génial. Désormais nous devons confirmer les changements de pieds et continuer à travailler le rassembler. Nous ne voulons pas brûler les étapes, nous avons seulement un objectif de formation pour le futur et pour les plus belles épreuves », détaille Alice André.

 

Danjano & Alice André

L’histoire entre Danjano et Alice a débuté il y a plusieurs années déjà et la cavalière et propriétaire a bien choisi son protégé : « J’ai acheté Danjano alors qu’il n’avait même pas encore un an. Cela a été un coup de chance car nous l’avons acheté en le voyant uniquement sur vidéo alors qu’il était en Allemagne. Ma mère l’avait repéré sur un site de vente de chevaux belge. Nous n’y connaissions pas grand chose à l’époque, mais j’ai vu qu’il était bien né par le père, qui était Damon Hill, et son modèle nous a plu. Poulain, lorsqu’il est arrivé, il était très bien dressé et très facile, c’était un bonheur. Pour le débourrage nous avons fait les choses tranquillement, en prenant notre temps pour que tout se passe parfaitement. Il avait un caractère affirmé, mais a tout de suite écouté et compris ce que nous voulions », se remémore la cavalière enjouée.

Revivez en images la reprise du champion :  

Iquando, le tempétueux génie

Iquando, accompagné d’Anthea Saux, grimpe sur la deuxième marche du podium grâce à un score de 82,90% accordé par les juges lors de la reprise finale. Né chez Monsieur Van de Laar, le KWPN fils de Krack C et Turjazzila, elle-même issue de Jazz, se pare d’argent pour sa première participation à la Finale du circuit Cycle Libre. Si aujourd’hui le hongre bai semble assagi, cela n’a pas toujours été le cas comme le raconte sa cavalière et propriétaire Anthea Saux : « J’ai acheté Iquando en 2016 alors qu’il avait trois ans. J’ai été le choisir avec mon père, Christophe Saux, aux Pays-Bas. J’en avais alors essayés beaucoup, mais j’ai eu un coup de foudre pour celui-là et surtout lorsque je suis montée dessus ! Il était hyper agréable à monter, j’avais aussi vu qu’il était très sensible et que j’allais probablement beaucoup tomber, mais il disposait de superbes allures et de beaucoup de souplesse ! Il savait déjà rassembler le galop à trois ans… À quatre et cinq ans je ne l’ai pas beaucoup sorti justement car il était assez chaud et, en concours, il était très impressionné et cela rendait les choses compliquées. Ayant un autre cheval, je l’emmenais avec nous en compétition afin qu’il découvre les terrains etc… Nous n’avons commencé les concours que cette saison en Cycle Libre et nous avons remporté toutes les épreuves auxquelles nous avons participé. À Saumur, lors de la première épreuve, Iquando était très impressionné et se retenait énormément. Dimanche, j’ai eu une détente très compliquée où il était très chaud et ai même dû descendre en cours de détente pour le longer. Nous n’étions donc pas dans des conditions optimales pour réussir notre finale. Il a néanmoins été bien sur le rectangle », souligne la cavalière.

 

INQUANDO & 
Anthea Saux

Pour ce qui est de la suite, l’objectif à plus long terme semble le haut niveau et pour cela Anthea Saux et prête à préparer patiemment son protégé : « Cet hiver nous allons beaucoup travailler les changements de pieds. Il les réalise très bien d’un côté, mais je n’ai pas encore trop poussé l’autre côté afin de ne pas fâcher sa sensibilité. Je souhaitais déjà faire une saison tranquille et calme cette année. Il est néanmoins déjà bien avancé dans son travail puisqu’il appuie au trot et au galop et commence à faire des demies pirouettes au galop. Sa capacité à évoluer sur les changements de pieds conditionnera sa saison prochaine car il réalise tous les autres mouvements des 7 ans assez facilement. L’objectif est de le garder et d’aller le plus loin possible », explique Anthea Saux. 

Burghley des Blancs, le bon élève

Dernier à monter sur le podium, Burghley des Blancs a réalisé une reprise finale jugée à 73,40% sous la selle de Céline Claude, sa propriétaire. Ayant participé à la Finale du Cycle Libre 1ère année 4 ans et 2ème année 5 ans sans réussite, cette année, sur le Cycle Libre 3ème année 6 ans, Céline Claude, cavalière et propriétaire, avait à cœur que son fils de Benicio et petit-fils de Don Frederico brille à Saumur : « Cette année, étant donné qu’il s’agissait de sa dernière année sur le circuit des Jeunes Chevaux, et qu’il a, durant toute la saison, reçu les compliments des juges, j’ai pensé que nous pourrions faire quelque chose à Saumur si j’arrivais à le mettre bien au travail sur le rectangle. L’objectif était donc de figurer parmi les cinq premiers. Lors de la Finale, à l’occasion de la première reprise, il avait été parfait à la détente, mais en rentrant sur la piste il a été un peu en dessous de sa qualité et un peu en arrière des jambes. En revanche, lors de la seconde reprise, il était très allant et s’est surpassé », commente Céline Claude. 



Burghley des Blancs & Céline Claude

Associés depuis le plus jeune âge du médaillé de bronze, Céline et Burghley forment une belle équipe soudée : « Je suis propriétaire de Burghley depuis sa naissance car ce sont des amies éleveuses, Valérie Charpentier et Céline Pacaut, qui l’on fait naître. Je voulais acheter un poulain depuis longtemps et elles m’ont dit qu’elles avaient ce fils de Benicio à naître qui pourrait me convenir. Dès le début j’ai beaucoup aimé Burghley. J’aimais déjà beaucoup la mère, Dark Angel 43, et Burghley, lui, était déjà très gentil et lorsque j’ai vu son amplitude au galop et son trot incroyable, j’ai confirmé le fait que je le voulais ! Burghley a toujours été très gentil. Très tôt, je l’ai désensibilisé à beaucoup de choses pour l’habituer à tout. Nous sommes très proches tous les deux. Lors des premiers concours il n’a jamais rien regardé et n’a jamais été dérangé par quoique ce soit. Il me fait énormément confiance pour tout. Tout son apprentissage s’est ainsi très bien passé », se félicite la cavalière et propriétaire. 

La suite se construira naturellement, qui ne laisserait partir son protégé pour rien au monde ! « Je le garde ! L’année prochaine, nous participerons au circuit Amateur. Nous allons voir comment il entame les figures de Grand Prix en Amateur 2 et puis nous verrons ce que nous faisons en fonction de son évolution. L’objectif final serait de faire des Saint Georges ! », explique Céline Claude, pleine d’enthousiasme dans la voix. 

 

Tous les résultats de la Grande Semaine de Saumur sur :

Résultats 2019

Sur le même sujet

Dressage : Modifications réglementaires à partir du 22 juin 17.06.2020 Dressage : Modifications réglementaires à partir du 22 juin La saison de dressage jeunes chevaux a redémarré le 17-18 juin au Lion d’Angers (49) et repartira pour l’ensemble des acteurs à partir du 22 juin. Des épreuves de « Formation » (Formation 1, 2 et 3) ont été créées afin de permettre aux cavaliers professionnels de former leurs jeunes chevaux tardifs sans objectif de qualification pour la finale. Les reprises sont sur les mêmes normes techniques que celles des épreuves Cycle Libre. Nous sommes en attente d’une meilleure visibilité sur le calendrier pour pouvoir confirmer une finale pour les épreuves de Cycle Libre et finaliser un règlement. La date de la finale est maintenue du 24 au 27 septembre pour le Cycle Classique et les poneys. Le montant des engagements est identique à 2019 pour l’ensemble des épreuves. La dotation sera allouée en points qui seront convertis en euros dès que la SHF aura perçu l’enveloppe de subvention du Fonds EPERON correspondante. Après le 22 juin, sauf contre-indication gouvernementale, les propriétaires, accompagnants et public seront autorisés dans la limite de 5 000 personnes sur le terrain de concours. Ces concours ne se tiendront plus à huis clos mais seront organisés dans le respect des gestes barrières et des règles de distanciation sociale. Le calendrier est mis à jour régulièrement sur www.ffecompet.com. Vous trouverez le règlement de la saison modifié ci-dessous : Règlement Dressage - Juin 2020 Nous vous souhaitons une bonne reprise et vous communiquerons le règlement de la finale très prochainement !