06.08.2018

Prêt À Tout, ambassadeur français de choix à Aix-la-Chapelle

Né au Domaine de Barrières, à Denicé, petit village situé à quelques encablures de Villefranche-sur-Saône, le Selle Français Prêt à Tout a fait la fierté de l’élevage français en remportant d’une main de maître le difficile et réputé Grand Prix du CSIO 5* d’Aix-la-Chapelle aux commandes du génie allemand Marcus Ehning dimanche 22 juillet.

Fils de Hiram Chambertin et de Gare à Elle Deux, elle-même fille du célèbre Stew Boy, le hongre de quinze ans avait déjà participé à la deuxième victoire consécutive de la Mansschaft dans la Coupe des Nations deux jours plus tôt.

 

« Gare à Elle était une jument assez costaud par Stew Boy alors que Hiram Chambertin, stationné à côté de chez nous au Haras National de Bourg-en-Bresse, était lui un cheval fin avec beaucoup de sang et de tempérament. Il nous a semblé que l’accord des deux fonctionnerait bien et nous avons eu Prêt à Tout ! Sa mère était issue d’une bonne famille, d’une souche que nous avons depuis Miche, une Pur Sang par Triolet IV. Avec cette jument nous avons eu Gare à Toi monté notamment par Jean d’Oriola ou encore Hubert Bourdy. Nous avons aussi eu Braganza, une fille de Kalmiste, qui a produit Perd et Passe, par Cosmos. Cette dernière a concouru sur le circuit SHF en Cycle Classique 4 et 5 ans puis nous avons ensuite décidé de la mettre à l’élevage pour conserver la souche car sa mère avait déjà un peu d’âge. Elle a fait pas mal de poulains dont Gare à Elle. Cette dernière a couru le Cycle Classique à 4 ans et 5 ans en participant notamment aux Finales SHF de Fontainebleau. Elle a ensuite eu un accident à un postérieur et nous l’avons mise à l’élevage. Elle nous a alors donné Prêt à Tout », détaille Bruno Louchet, naisseur du crack.

 

Dés le départ le Selle Français a fait preuve de qualités mais rien ne le prédestinait réellement à sa carrière actuelle.

« Il était un beau poulain très costaud avec de vrais points de force. Il a été un peu difficile au débourrage mais s’est assez vite calmé. Après quatre très bons parcours en Cycle Classique SHF il a été vendu à Monsieur Panetti, gérant du Haras de Sainte Cécile. Il a ensuite concouru en Cycle Classique avec des cavaliers locaux avant d’être vendu à Ruth Krech (actuelle propriétaire, ndlr) qui l’a alors confié à la Jeune Cavalière Kaya Lüthi avec laquelle il a connu de nombreux succès allant de médailles aux Championnats d’Europe Jeunes Cavaliers à leurs premières participations en épreuves Coupe du Monde. C’est à ce moment-là qu’il a rejoint Marcus Ehning. Prêt à Tout a eu la chance de rencontrer les bonnes personnes au bon moment», raconte l’éleveur installé au Domaine de Barrières.

 

Pour l’avenir Bruno Louchet peut compter sur d’autres produits issus de cette performante souche Selle Français.

« Gare à Elle Deux est morte de coliques mais elle avait un frère utérin par le Selle Français Laeken, appelait Faeken, qui faisait la monte à la maison en naturel. Il a donné des bons chevaux et notamment la Selle Français Oh ma Belle qui est désormais poulinière chez nous. »

 

Actuellement, Oh ma Belle est représentée sur les terrains de concours par Extrabelle DB, jument de 4 ans par Con Air, ayant réalisé cette année cinq sans-faute sur six sorties en Cycle Classique 4 ans. « Elle est née de transfert d’embryon en septembre. Nous ne l’emmenons pas à la Finale de Fontainebleau cette année parce qu’elle est encore très jeune », explique le passionné.

 

Après de nombreux classements, une victoire dans la finale de la Coupe des Nations il y a deux ans à Barcelone aux termes d’un barrage contre le champion olympique Big Star, deux victoires consécutives dans la Coupe des Nations d’Aix-la-Chapelle, l’incroyable Selle Français ajoute un nouveau titre à son palmarès et prouve à l’international la qualité de l’élevage français et du stud-book Selle Français.

 

Sur le même sujet

Le Selle Français en vogue à Lanaken à l'occasion des Championnats du Monde... 09.10.2018 Le Selle Français en vogue à Lanaken à l'occasion des Championnats du Monde... Au total, non moins de quarante-huit Selle français se sont élancés à l’occasion de l’annuel championnat du monde des Jeunes Chevaux, à Lanaken, dans les installations de la famille Melchior.  En effet, l’élevage français était bien représenté puisque les Selle Français étaient au nombre de quinze dans les 5 ans et dans les 7 ans et ils étaient dix-huit dans les 6 ans. Trois de ces ambassadeurs tricolores ont particulièrement brillé en menant les couleurs de la France dans le haut du classement à l’occasion des Consolantes réservées aux chevaux de 6 et 7 ans.  Pour ce qui concerne la Petite Finale des 7 ans, Bayla de la Roque et Robinson Maupiler sont montés sur la deuxième marche du podium alors que Bellini Dufaure de L a décroché la quatrième place aux commandes de Quentin Marion.  La première, née chez la famille Hécart au Haras de la Roque dans le Calvados, est une fille de Palestro II et d’une mère par I love you. Débutée par Grégoire Lebon, l’alezane était ensuite passée sous la selle de David Jobertie, en poste au Haras de la Roque, avant de rejoindre en juillet la selle du Normand Robinson Maupiler exporté en Belgique et installé dans les écuries de Karel Kox.  Le second est un fils du performer Mylord Carthago et petit-fils  de Dollar de la Pierre. Le bai né chez Guilhem de Lajarte, qui en est toujours propriétaire, a réalisé l’intégralité de sa carrière sous la selle de son actuel cavalier avec lequel il a fait ses armes sur le circuit du Cycle Classique.