30.09.2020

Gino des Luthiers champion des 4 ans, et les étalons « de la Pomme » bien représentés sur le podium

Cette année, soixante-neuf mâles et hongres Selle Français et Anglo-Arabes de 4 ans se sont élancés sur le Petit Parquet de Fontainebleau pour sacrer le Champion de la génération. Après une saison écourtée par la crise sanitaire, les concurrents sont arrivés plein de fraîcheur et d’entrain. Parmi eux, trente-neuf ont réussi à signer deux parcours parfaits mais, après la note de NEP, seuls cinq ont obtenu la mention Élite. L’élevage de la Pomme et sa qualité d’étalonnier ont été mis à l’honneur cette année puisque les deux premiers, Gino des Luthiers et Ginko du Rouet, sont respectivement des fils de Giovani de la Pomme et Vagabond de la Pomme. 

La victoire de ce championnat des 4 ans Mâles et hongres Selle Français et Anglo-Arabes s’est jouée à très peu de choses. En effet, avec 16,375 comme note de NEP, GINO DES LUTHIERS s’est imposé sur son poursuivant, GINKO DU ROUET, ayant lui obtenu 16,125

Gino des Luthiers est sacré Champion à Fontainebleau 

Avec ce titre de Champion de France sous la selle d’Aurélien Georges Picot, l’élégant Selle Français, fils du BWP Giovani de la Pomme et de la Selle Française Urbane des Luthiers, elle-même par Quaprice Bois Margot, n’a fait que confirmer sa qualité de sauteur hors paire comme l’explique son naisseur Jean-François Morizot.

Gino des Luthiers & Aurélien Georges-Picot - Crédits Photos : PSV Photos

« Gino a toujours très bien sauté et on aurait même pu croire qu’il avait été préparé tellement, dès ses débuts, il se donnait en démonstration en sautant un mètre au dessus avec un geste de postérieurs parfait. Gino a pour qualité d’être très respectueux, d’avoir un bon galop avec beaucoup d’équilibre. Il est parfois encore un peu plongeant dans son saut, mais il va grandir encore et se redresser. À Fontainebleau, je l’ai trouvé exceptionnel le premier jour, vraiment au dessus du lot, puis plus « normal » lors du second parcours, cela est peut-être dû à un petit coup de fatigue. Il fait en tout cas toujours des sauts très à la mode. »

 

Gino des Luthiers & Aurélien Georges-Picot - Crédits Photos : PSV Photos

Toujours très bon élève, le mâle bai a ce petit plus qui a séduit son naisseur dès les premiers jours. « Gino a toujours été très gentil, mais surtout extrêmement malin et joueur, je l’adorais ! Il montrait, déjà poulain, beaucoup de souplesse et un superbe physique. J’avais choisi de réaliser ce croisement en observant la mère. Celle-ci n’était pas très grande, par contre elle avait un très bon galop, telle une jument avec de l’envergure. J’ai voulu lui apporter de la taille et Giovani de la Pomme, toisant environ 1,75m, m’a semblé parfait pour cela. Le croisement a bien fonctionné », se félicite l’éleveur. 

 

Gino des Luthiers & Aurélien Georges-Picot - Crédits Photos : PSV Photos

Si Jean-François Morizot a cédé son protégé il y a quelques mois à l’écurie du Grand Veneur, de la famille Couperie, celui-ci a depuis été revendu et devrait débuter en parallèle de sa carrière sportive une carrière d’étalon. De la même lignée, l’éleveur attend patiemment les débuts en compétition d’un frère utérin du nouveau champion de France. « Je dispose d’un frère utérin par Eldorado van de Zeshoeck (Clinton x Toulon) qui a deux ans. Il est un peu moins chic que Gino mais très similaire dans le caractère : très malin et joueur ! Affaire à suivre ! ». 

 

Visionner son parcours lors de la Finale du Championnat des 4 ans Entiers/Hongres - Prix Dubarry of Ireland : 

 

Retrouvez Aurélien Georges-Picot, son cavalier, à l'issue de leur victoire pour une interview "sortie de piste" :

 

Ginko du Rouet, excellent sauteur et déjà étalon remarqué

La médaille d’argent est donc revenue au tout bon fils du performer international Vagabond de la Pomme, Ginko du Rouet. Le mâle Selle Français, fils de la Selle Française Chanel du Rouet par Ogano Sitte, a réalisé une démonstration de facilité sur les deux parcours de cette Finale nationale. 

Issu de l’élevage breton de Yannick Fardin, le chic alezan semble être un parfait mix entre la fougue de la souche de Chanel du Rouet et la droiture de Vagabond de la Pomme.

« La mère, Chanel du Rouet, est une jument très raccourcie donc je cherchais un grand cheval avec beaucoup de force. J’ai vu Vagabond de la Pomme lorsqu’il était sous la selle de Pénélope Leprevost. J’ai compris qu’il s’agissait d’un cheval sans trop de sang, mais avec énormément de force, qui pourrait rapporter à ma jument ce qu’il lui manquait : de l’étendue. Finalement, il n’en a pas ramené tant que ça puisque Ginko ne fait qu’1,64m mais, en revanche, il a donné énormément de souplesse. Ma jument a beaucoup de sang et l’a transmis à son fils », commente l’éleveur et propriétaire. 

 

Ginko du Rouet & Gautier Pistiaux - Crédits Photos : PSV Photos

Véritable métronome depuis ses débuts, l’aérien Ginko semble né sous les meilleurs auspices. « Le jour où nous l’avons fait sauter, à 18 mois, il sautait déjà comme il le fait aujourd’hui : très rangé devant avec un coup de dos très fort. Il n’a jamais changé, il a toujours été très droit et calme. Cette tête froide vient de Vagabond je pense, car chez moi ils ont beaucoup de sang, mais du bon sang. Depuis le début, depuis le concours d’étalons à trois ans, il a toujours été égal à lui-même : rien ne l’impressionne. On dirait d’ailleurs plutôt un cinq ans qu’un quatre ans ! Il est très à son travail et facile à monter, très droit et très pratique monté comme en mains », s’extasie celui qui a fait naître bon nombre de champions. 

 

Approuvé étalon à trois ans, labellisé "Très prometteur" par le stud-book Selle Français, Ginko du Rouet était qualifié d’office pour la Finale nationale des 4 ans et a prouvé, sous la selle de Gautier Pistiaux, qu’il n’avait pas volé sa place. « À Fontainebleau, Ginko a vraiment très bien sauté, comme à son habitude. Son championnat était dans la lignée de son année : sur cinq parcours il n’a fait qu’une fois quatre points, à Saint-Lô, à cause d’un petit moment d’inattention. Il a fait la même chose lors de la finale, il a regardé l’écran et est retombé un peu vite derrière la barre, nous avons eu un peu de chance et il en faut de temps en temps ! Pour le reste il ne regarde rien, il a sauté la rivière et tous les soubassements sans se poser de question, de manière sereine », détaille Yannick Fardin. 

Ginko du Rouet & Gautier Pistiaux - Crédits Photos : PSV Photos

Outre un début brillant de sa carrière sportive, Ginko du Rouet s’est également fait remarquer par les éleveurs comme étalon. « Ginko a fait cette année une quarantaine de cartes de saillie. Etant donné qu’il n’avait pas été beaucoup vu, puisqu’il n’a fait que cinq tours cette année, je me suis dit que l’emmener à Fontainebleau lui donnerait une bonne visibilité. Je voulais également que les éleveurs qui lui ont fait confiance soient contents de le voir bien figurer, c’était ma manière de les remercier. J’ai déjà eu beaucoup de demandes de saillies pour la saison prochaine. Il a été congelé cet été et sera à nouveau prélevé dans les semaines à venir puis il fera son année de cinq ans en parallèle de sa carrière d’étalon. Nous venons d’ouvrir chez nous un centre d’insémination. Le GFE nous a d’ailleurs également confié un cheval. Mon fils se lance dans l’activité d’étalonnage donc nous souhaitons garder Ginko pour lancer cela », conclue le réputé éleveur. 

 

Ginko du Rouet & Gautier Pistiaux - Crédits Photos : PSV Photos

 

Grabuge, une lignée de champions

 

Sur la troisième marche du podium se trouve une lignée habituée des podiums. En effet, Grabuge, médaillé de bronze, n’est autre que le propre frère de l’incroyable Selle Français Orient Express*HDC, médaillé d’argent en individuel et par équipes lors des Jeux équestres Mondiaux de Caen en 2014. Fils du fameux Selle Français Quick Star, sa mère, Selle Française également, Kamtchatka, est, elle, une fille de Le Tôt de Sémilly : des origines à en faire rougir plus d’un, mais surtout des origines faites pour le sport. 

Depuis sa naissance, le mâle bai inscrit au Studbook Cs Anglo Normand a tapé dans l’œil expert de son naisseur, Patrice Boureau, à la tête du haras de la Gisloterie. « Parmi ses différents propres frères et sœurs, Grabuge est, selon moi, le mieux fait avec une mécanique qui, à mes yeux, est la plus harmonieuse. Il est un peu mieux constitué qu’Orient Express*HDC dans le modèle, notamment au niveau de sa sortie d’encolure et de l’expression de sa tête. Son propre frère, le Selle Français Frère d’Arme, qui a cinq ans, est complètement différent ; sa propre sœur Sapho, aujourd’hui âgée de quatorze ans, manquait cruellement de sang à mon sens ; Pendjar, propre frère également qui a désormais dix-sept ans, était aussi un poulain que j’aimais bien, plus expressif qu’Orient. Je l’ai vendu jeune et il n’a pas confirmé. Ce dernier et Grabuge étaient les deux que j’appréciais le plus. J’aimais aussi beaucoup Orient mais il était, selon moi, un cheval compliqué à utiliser, car notamment chargé en ganache avec une forte encolure. J’ai attendu un peu de temps avant de remettre ma jument à Quick Star (10 ans, ndlr) car mon objectif a toujours été de gagner Aix-la-Chapelle et, Orient n’y étant pas parvenu, je me suis dit qu’il fallait retenter ma chance avec ce croisement ! Je sais bien néanmoins que la foudre ne tombe pas deux fois au même endroit et n’ai absolument aucune prétention, je prends les choses comme elles viennent ! Je pense que, la veille de mourir, si je n’ai pas atteint cette existence, je me dirai néanmoins qu’il me manque quelque chose ! », s’amuse l’éleveur normand. 

 

Grabuge & Elodie Frottiee - Crédits Photos : PSV Photos

Sous la selle d’Élodie Frotiée, cavalière d’Annick et André Chenu, Grabuge a réalisé une saison satisfaisante avec huit sans-faute sur dix parcours. Double sans-faute à Fontainebleau, le puissant bai a une nouvelle fois été exemplaire, de quoi satisfaire son naisseur et propriétaire. « Je trouve que Grabuge est un beau cheval dans le sens où il est vraiment dans le modèle de ce que j’aimais chez les Selle Français d’avant, modèle un peu perdu désormais et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle il est enregistré au CS Anglo Normand. Grabuge a du dos, de la cuisse et du jarret. Un cheval de concours hippique doit se pousser avec les postérieurs, c’est essentiel. »

 

Grabuge & Elodie Frottiee - Crédits Photos : PSV Photos

Si Fontainebleau n’était pas un objectif de départ, Patrice Boureau y a envoyé Grabuge pour lui donner un peu de visibilité. « Annick et André Chenu s’est toujours occupé de mes chevaux, il m’a proposé qu’on aille à Fontainebleau et trouvant mon petit cheval assez atypique par rapport à ceux d’aujourd’hui, je me suis dit que cela serait bien de rappeler qu’il existe encore un cheval de ce type ! C’était un bon moment de partage avec André, Annick et Elodie Frotiée, la cavalière de Grabuge qui s’entend vraiment très bien avec lui. J’ai pris beaucoup de plaisir à voir le couple évoluer à Fontainebleau ». 

 

Désormais, Grabuge va profiter de quelques semaines de repos dans les vertes prairies du haras de la Gisloterie avant de rejoindre, en temps voulu, le haras du Plessis, d’Annick et André Chenu pour préparer comme il se faut la saison des cinq ans.  

 Grabuge & Elodie Frottiee - Crédits Photos : PSV Photos

 

 

Deux autres mâles Selle Français se sont vus attribuer la mention Élite. Il s’est en effet agit de Gasco des Près, sous la selle d’Eric Lelièvre, et de Groovy Semilly, présenté par Alexis Gourdin. 

Le premier, fils à nouveau du génial Vagabond de la Pomme et d’une mère par Levistan, n’a pas touché une barre de la compétition bellifontaine et a reçu une note de 15,988 lors de na NEP lui offrant une belle quatrième place après douze parcours sans pénalité sur quatorze cette saison. 

Gasco des Prés & Eric Lelièvre - Crédits Photos : PSV Photos

Le second, par le Selle Français Diamant de Semilly et une mère fille d’Heartbreaker a quant à lui été jugé à 15,975 lors de ce même test. Après neuf parcours vierges de toute pénalité sur dix cette année, le bai conclue sa première saison de compétition avec une honorable cinquième place nationale. 

Groovy Semilly & Alexis Gourdin - Crédits Photos : PSV Photos

 

Retrouvez les résultat détaillés en cliquant ci-dessous :

Championnat des 4 ans Entiers/Hongres SF-AA

 

Sur le même sujet