01.09.2019

Fontainebleau 2019 : Sassicaia del Chirone, reine incontestée du Cycle Libre 3ème année

Le premier week-end de la Grande Semaine de Fontainebleau s’est achevé avec la Finale du Cycle Libre 3ème année, en partenariat avec CWD. Cinquante-trois chevaux de 6 ans se sont lancés à l’assaut de la médaille d’or. Nombreux sont ceux qui ont été confrontés aux difficultés de ce championnat et seuls deux couples ont réussi à signer trois parcours parfaits. La victoire est finalement revenue à Sassicaia del Chirone pilotée par Romain Duperret. 

Dès le premier jour sur le Grand Parquet, les jeunes chevaux ont dû faire preuve de sang-froid mais également d’endurance pour venir à bout des trois manches de cette Finale. Seuls deux athlètes ont réussi l’exploit de n’effleurer aucune barre sur le championnat et se sont donc départagés les deux premières marches du podium. 

Grâce à un chronomètre de 79’79 l’élégante grise SASSICAIA DEL CHIRONE et Romain Duperret se sont imposés. Née à l’élevage Il Chirone di Bruna de Paolis, en Italie, et appartenant désormais à Anne Pocquet, femme du cavalier, la fille de Stakkato et Donna Dinara, par Don Juan, a ainsi ponctué une saison performante, deuxième saison seulement de sa carrière. « Cette saison Sassicaia a plutôt évolué avec ma femme Anne Pocquet », explique Romain Duperret. « Ensemble elles sont notamment double sans-faute lors du CIR de Rosières-aux-Salines à la fin du mois de juillet. Je l’ai ensuite montée à quelques reprises chez nous avant de l’emmener en concours sur un terrain en herbe, aux Maillys, pour voir comment elle réagissait et se comportait. Elle a été exemplaire dans les épreuves Amateur 1 et Amateur Élite et nous sommes donc venus à Fontainebleau en confiance car sûrs des moyens de la jument et de son comportement ». 


 
SASSICAIA DEL CHIRONE & Romain Duperret

L’élégante et puissante grise a rejoint Romain Duperret et Anne Pocquet sur les conseils avisés d’un proche ami cavalier. « Mon meilleur ami, Guillaume Roland Billecard, a trouvé la jument et m’a appelé pour me dire qu’il avait déniché la jument faite pour ma femme ! », poursuit le cavalier. « Lui faisant entièrement confiance nous l’avons immédiatement achetée sans l’essayer. Nous l’avons essayée seulement une fois arrivée chez nous et nous en sommes immédiatement tombés amoureux. C’est une jument sensible et pleine de sang, mais avec un très bon mental prête à effectuer tout ce qu’on lui demande. Sassicaia n’est pas extrêmement démonstrative mais elle est très respectueuse. Anne étant enceinte je vais garder Sassicaia dans mon piquet l’an prochain afin de m’élancer sur les épreuves Pro en fonction de son évolution. Elle est bourrée de moyen donc nous verrons jusqu’où nous pouvons aller sans trop lui en demander néanmoins, l’objectif étant que ma femme la récupère fraîche par la suite pour faire le circuit Amateur Élite. »


SASSICAIA DEL CHIRONE & Romain Duperret

Revivez en images la performance de la championne : 

 

DOMINO DE LA STERE, LE METRONOME

Le titre de vice-champion de France est alors revenu à DOMINO DE LA STERE, intelligemment mené par son naisseur et propriétaire, Julien Duhamel, qui a préféré assurer un troisième parcours parfait sur le Grand Parquet que jouer à tout prix le chronomètre. « Cette année il a réellement passé un cap et j’étais à chaque concours quasiment sûr en l’embarquant dans le camion que j’allais revenir avec la plaque et le flot ! » se satisfait le cavalier, naisseur et propriétaire. « En allant à Fontainebleau, je ne m’attendais néanmoins pas à une telle performance, j’étais plutôt venu dans l’optique de réaliser de beaux parcours sur le Grand Parquet, ce qui aurait pu aider commercialement puisque Domino est à vendre. Finalement, après son sans-faute le premier jour, il a réitéré le lendemain d’une belle manière puis, lors de la Finale, des amis sur le bord de piste ayant observé l’épreuve m’ont dit que je devais assurer le parcours parfait et ne pas courir l’épreuve au chronomètre. C’est ce que j’ai fait et ça a fonctionné ! J’avais senti Domino un peu émotif le premier jour sur le Grand Parquet et moins délié qu’à son habitude, mais les deuxième et troisième jours il a été exemplaire ». 



DOMINO DE LA STERE & Julien Duhamel

Si cette année le beau et talentueux bai a montré de très belles choses et beaucoup de régularité signant huit parcours parfaits sur dix courus dans le Cycle Libre 3ème année, les choses ne se sont pas toujours déroulées aussi parfaitement. « À quatre ans, il a fait quelques parcours en Cycle Libre 1ère année et Formation 1. Il était alors très joueur au paddock et se pensait en cours de récréation donc parfois, arrivé à l’entrée de la piste il avait déjà épuisé son feu ce qui rendait les fins de parcours compliquées ! Désormais il parvient à se gérer, se concentre davantage au paddock et une fois sur le parcours il sait ce qu’il faut faire. Dans l’hiver de ses 4 à 5 ans je me suis installé aux écuries de Rêve, à Gouy-sous-Bellonne, près de Douai, chez Charles Rouzé, qui possède des installations de qualité ayant participé à une évolution plus rapide de Domino. Lors de son année de 5 ans il est devenu de plus en plus régulier en compétition alors qu’à la maison nous avons fait beaucoup de gymnastique pour améliorer son geste », explique Julien Duhamel. 

Ce dernier avait monté la mère, la Selle Français Idole du Parc, elle-même fille du Selle Français Bouton d’Or IV, et a été bien conseillé pour réaliser son croisement qui semble bien réussi. « Mes parents avaient acheté la mère pour que je démarre les concours amateurs. J’ai ainsi fait quelques parcours avant de rejoindre la Normandie pour travailler au Haras d’Elle et, en discutant avec Bertrand Pignolet, il m’a conseillé d’utiliser Nippon d’Elle sur Idole. J’ai ensuite été en internat pour mes études et ai donc mis ma jument à la reproduction. Domino est resté entier jusqu’à son début d’année de 4 ans et j’ai dû l’isoler un peu des autres chevaux car il n’était pas sociable du tout. Une fois castré en revanche, il est devenu très gentil et beaucoup plus pratique. Il a toujours été très joueur et fonctionne beaucoup au moral. Le débourrage a été très rapide et j’ai alors été frappé par son équilibre naturel. Les premières fois montées se sont passées dans une carrière légèrement en pente et il se tenait seul au petit galop dans la descente sans contact, c’était assez impressionnant. Sur les barres il cherchait sans cesse à bien faire. Concernant son physique, au début il manquait un peu d’épaisseur. Je l’ai remis en pâtures quelques mois entre les 5 et les 6 ans et il s’est alors vraiment étoffé. »

Si Domino est à vendre, il devrait l’année prochaine tenter sa chance sur les épreuves réservées aux chevaux de 7 ans. Quoiqu’il en soit, Julien Duhamel continuera d’exploiter la souche maternelle du vice-champion de France puisqu’il dispose de frères et sœurs utérins. « Je dispose d’autres produits de la mère dont Be a Star de la Stere, par Coriano Zwartepannenhof, qui est sortie sur les épreuves de 7 ans et concourt désormais avec moi en Amateur Élite. Étant la seule fille d’Idole je compte la garder pour qu’elle prenne la relève à l’élevage. J’ai également Elium de la Stere, par L’Arc de Triomphe, à la Finale cette année en Cycle Libre 2ème année 5 ans avec Julien Leplat et qui a signé quatre points le premier jour et ensuite un double sans-faute ; ainsi qu’un 3 ans par Marlou des Étisses qui ne débutera les concours qu’à 5 ans car un peu tardif et encore en train de grandir. Par la suite, nous nous sommes aperçus qu’Idole avait du mal à porter des poulains lourds car ses articulations en pâtissaient donc je l’ai croisée avec deux poneys, Ulk d’Été et Ken’s van Orchid, pour avoir deux produits qui ont respectivement deux et un an. Désormais Idole est à la retraite », conclut l’éleveur. 

 

INNISLUSKY PEARL, LE TALENT A L’ETAT BRUT

Enfin, la troisième marche du podium a été occupée par INNISLUSKY PEARL présentée par son propriétaire Thibaut Nichanian. La tonitruante et explosive alezane réalise ici une belle performance pour la première année de concours de sa carrière. Un manque d’expérience expliquant son point de temps dépassé lors de la première manche de la Finale puisque son cavalier s’est efforcé de construire le parcours pour ne pas détériorer sa protégée en vue des autres manches. « Le premier jour de la Finale je ne voulais pas dégrader le travail réalisé jusqu’à présent et c’est la raison pour laquelle je suis allé doucement, sans mettre de pression et ai pris un point de pénalité de temps », explique Thibaut Nichanian. « Finalement cela m’a servi pour la suite du championnat car elle était vraiment aux ordres et à l’écoute. Le deuxième jour j’ai simplement essayé de galoper un peu plus sans la fâcher et en la gardant avec moi. Ce championnat a fait partie intégrante de sa formation car, maintenant qu’elle accepte de prendre son temps, il faut désormais qu’elle accepte de se déplier et de revenir. Nous allons essayer de préparer les épreuves de 7 ans l’année prochaine, car elle en a sûrement les moyens, mais je ne veux pas la mettre à l’effort donc c’est elle qui nous dira si elle est prête ou non et nous aviserons en fonction d’elle ».



INNISLUSKY PEARL & Thibaut Nichanian

La bondissante alezane, née chez Majella Tuohy et fille de Billy Congo et Seamar, par Clover Hill, n’a rejoint l’Hexagone qu’il y a peu et a eu la chance de croiser immédiatement la route de son actuel propriétaire. « J’ai acheté Innislusky Pearl en fin d’année dernière alors qu’elle était âgée de 5 ans et juste débourrée. Une de mes amies avait acheté un lot de chevaux lors d’une vente aux enchères en Irlande, j’ai alors vu une vidéo d’Innislusky Pearl qui sautait en liberté, j’en suis tombé amoureux, suis allé l’essayer et l’ai achetée. J’ai alors pris vraiment mon temps à la maison car elle avait énormément d’énergie et surtout beaucoup d’appréhension envers l’Homme. Ainsi, pendant un mois je l’ai travaillée à pied en liberté avant de commencer le travail monté. À la maison elle était toujours bouillonnante mais à l’extérieur, étant donné qu’elle ne connaissait pas l’environnement, elle se calmait et devenait à l’écoute. J’ai donc décidé de l’engager dans le Cycle Libre où elle a immédiatement été exemplaire. Elle a ensuite enchainé les parcours parfaits alors que je m’efforçais de lui apprendre à prendre son temps dans le travail. Elle a un mental hors pair qui fait qu’elle ne regarde rien et est extrêmement respectueuse. Elle a beaucoup de frappe, d’énergie dans le galop, un très bon équilibre et dispose d’un gros moteur avec beaucoup de force derrière tout en étant souple dans le dos », conte admiratif le cavalier qui croit beaucoup dans le potentiel de sa protégée. 

 

Retrouvez ci-dessous l'ensemble des résultats Cycle Libre de la Grande Semaine de Fontainebleau 2019 : 

Résultats Cycle Libre  

 

Sur le même sujet