08.09.2019

Fontainebleau 2019 : Elsafina Blue, meilleure jument des 5 ans Selle Français et Anglo-Arabe

Cinq juments sont reparties de Fontainebleau avec en poche la mention Élite attribuée aux toutes meilleures de cette Finale du Cycle Classique 5 ans Juments Selle Français et Anglo-Arabe. Chacune d’entre elles a réalisé un triple sans-faute, la meilleure étant cependant Elsafina Blue présentée par Philippe Vanderlynden. 

La Selle Français, née chez Jean-Paul Coche à qui elle appartient toujours, a été exemplaire sur ce championnat puisqu’elle n’a pas touché une barre de la compétition pilotée par le doué Philippe Vanderlynden, cavalier au sein des écuries de Beaumont de Christian Hermon. Disposant de 1 point de bonification CIR et 1,5 point de bonification régularité, la petite-fille de Dollar de la Pierre s’élançait dans le championnat avec un avantage. Gratifiée d’une moyenne de 16,20 au modèle, l’aérienne et tonique alezane a remporté la mise confirmant ainsi sa bonne forme cette année avec quatorze sans-faute sur dix-neuf sorties. « Étant tardive elle n’a fait que quelques parcours à quatre ans mais n’a pas été à la Finale », explique le naisseur et copropriétaire, Jean-Paul Coche.  « Nous l’y avons emmenée dans un but de formation pour l’année prochaine car nous pensons, Christian Hermon et moi-même, qu’elle se révèlera vraiment à 6 ans. Cette année, en début de saison elle sautait de manière extraordinaire puis j’ai voulu réaliser un transfert avec Colestus, qui n’a pas finalement pas fonctionné, et elle a un peu accusé le coup. Tout est finalement rentré dans l’ordre jusqu’à ce qu’elle soit double sans-faute lors du CIR de Saint-Lô. À Fontainebleau, Elsafina a réalisé un très bon parcours lors de la première qualificative. Lors de la seconde, elle semblait un peu stressée par le terrain, mais elle s’en est bien sortie car elle dispose de beaucoup de moyens et de respect. Ensuite, en finale elle a fait des choses bonnes et moins bonnes, mais a néanmoins réussi un troisième parcours parfait ». 



ELSAFINA BLUE & Philippe Vanderlynden

Pour donner naissance à sa protégée, ce dernier a vraiment réfléchi son croisement basé au départ sur un coup de cœur pour la lignée maternelle. « J’avais acheté la mère d’Elsafina, Reine du Hequet, car j’adorais sa mère, Infante du Hequet, que j’avais vue gagner les 5 ans avec Franck Schillewaert à l’époque. Tombé amoureux de la jument, je l’ai suivie et me suis mis en tête d’acheter une de ses pouliches. D’autre part, je savais que Chacco Blue produisait bien et l’ai donc mis sur plusieurs de mes juments et ai ainsi eu plusieurs poulains dont Elsafina. De plus, j’aime bien mélanger les courants de sang français et étrangers afin de diversifier les souches. Pouliche, Elsafina n’était pas une gravure, mais je voyais qu’elle avait des gros points de force, elle avait beaucoup de sang et de caractère, c’est d’ailleurs la seule pouliche qui m’a donné un coup de pied ! Elle a néanmoins été très facile à débourrer car très à l’écoute de l’homme. Elle était déjà beaucoup demandée pouliche, mais j’ai voulu la garder pour la faire vieillir un peu. »

 
ELSAFINA BLUE & Philippe Vanderlynden

La championne, décrite comme un peu tardive par son naisseur, n’est encore pas arrivée à maturité et continuera donc sa formation avec, à terme, un objectif de commercialisation. « J’ai donné 35% de la jument à Christian Hermon contre son travail cette année. Nous voulons la garder et espérons qu’elle fasse bien les 6 ans pour la vendre ensuite. Je travaille beaucoup avec Christian car son système est très professionnel, mais également car il fait beaucoup de commerce. De mon côté, j’ai encore une sœur utérine d’Elsafina qui a 6 ans et est par Diamant de Semilly. Celle-ci a déjà eu une fille par Brantzau VDL, étalon né chez moi, ainsi qu’un Cornet Obololensky qui est très chouette. Il faut ramener du look et de la réactivité à cette famille normande qui a énormément de sang mais est un peu carrossière », conclut l’éleveur. 

Revivez en images la performance de la championne : 

ÉTOILE D’OLBICHE, STAR DU SANS-FAUTE

Juste derrière Elsafina Blue, on retrouve ÉTOILE D’OLBICHE, fille des Selle Français Ogrion des Champs et Miss d’Olbiche, elle-même par Dollar du Mûrier. Aux commandes d’Axelle Lagoubie, la Selle Français n’a fait que confirmer son potentiel après une incroyable saison gratifiée de quatorze sans-faute sur dix-huit sorties dont deux lors du CIR de Saint-Lô. La baie née chez Bernard Clouet n’a pas commis une faute de cette Finale décrochant brillement l’argent pour sa première participation à la Grande Semaine de Fontainebleau. « Elle n’a pas fait les 3 ans car elle était née tard et n’était donc pas prête pour cela », raconte le naisseur et propriétaire. « À quatre ans elle n’a fait que quelques parcours et était qualifiée pour la Finale, mais nous avons décidé de la remettre au champ car je trouvais qu’elle n’avait pas fini sa croissance. Elle a d’ailleurs pris cet été là au moins 4 centimètres. Cette année nous avons commencé gentiment et elle a très bien évolué. Morphologiquement, elle a sorti le dos. Sur les barres, dès qu’elle comprend ce qui lui est demandé, elle pointe les oreilles en avant et y va ! Elle est toujours très volontaire. Comme dit son coach, Romain Bourdoncle, c’est une « faiseuse de sans-faute » ! En effet elle ne fait pas de bonds spectaculaires, mais est presque tout le temps sans-faute. Cette année, sur dix-huit parcours elle en a réalisé quatorze sans faute. Le reste était des parcours à quatre points avec pour la plupart des toutes petites fautes. À Fontainebleau elle a été très calme, très froide et très bien sur ses trois parcours ». 



ÉTOILE D’OLBICHE & Axelle Lagoubie

La vice-championne de France descend d’une lignée performante qui a déjà fait ses preuves en France comme à l’international. « La mère d’Étoile est Miss d’Olbiche, une fille d’Iska d’Olbiche, propre sœur de Major d’Obliche qui avait remporté les 4 ans avec Franck Schillewaert, et la grand-mère était Jasmina, grand-mère de Shogun et Jus de Pomme, entre autres. La lignée maternelle était donc très bonne. Iska d’Olbiche était une jument assez importante, mais manquant peut-être un peu de dos. J’ai ainsi voulu la croiser avec Dollar du Mûrier car je trouvais que c’était un cheval avec une bonne arrière main et qui avait tendance à raccourcir les dos. J’ai eu le produit que j’espérais de ce côté là avec Miss même si elle pourrait avoir une sortie d’encolure un peu plus montante. J’avais en revanche constaté dans l’origine qu’il fallait utiliser des étalons plutôt légers et pas trop massifs. Ainsi, lorsqu’Ogrion est venu à la station d’étalon de Saint-Lô, je l’ai choisi car il était dans l’aire du temps, assez harmonieux et bien fait devant. La même année j’ai d’ailleurs fait saillir Iska d’Obliche également par Ogrion des Champs, et ai eu Éclair d’Olbiche, deuxième des trois ans à Saint-Lô puis exporté aux États-Unis, avant d’être là-bas troisième du championnat américain des chevaux de 4 ans. L’année suivante, j’ai remis Iska à Ogrion et j’ai eu Fleur d’Obliche qui a terminé quatrième au concours des foals à Saint-Lô », raconte passionné l’éleveur.  

La suite devrait se passer toujours sous la selle d’Axelle Lagoubie et sous les yeux de son naisseur Bernard Clouet qui souhaite la conserver encore un peu pour lui faire faire la saison de 6 ans et tenter un transfert d’embryon. 

ELLEA DE MONT, DISCRETE EFFICACITE

Enfin, le podium a été complété par ELLEA DE MONT, auteur de trois parcours parfaits sous la selle de Jean-François Filatriau. Élevée et appartenant à Anne-Marie et Emmanuel Paysant-Le Roux, la fille de Canturo et d’une mère Selle Français Venise des Veys, par Panama Tame, avait réalisé cette année quatorze scores vierges sur dix-sept parcours courus lui conférant 2 points de régularité. La baie réalise ainsi une belle performance pour sa première participation à la Finale nationale : « À quatre ans mon coach a monté Ellea de Mont afin de la mettre tranquillement dans le bain sans l’agresser et en prenant son temps », évoque le naisseur et propriétaire. « Elle a fait des petits quatre points à droite et à gauche avant d’être double sans-faute lors du CIR, dernier concours de sa saison. Ensuite, cette année je l’ai confiée à Jean-François Filatriau pour les 5 ans. En piste, elle est très froide et, selon son cavalier, elle est très douée et pourrait tout sauter. Elle ne fait jamais trop d’efforts et cela est parfois dur pour les nerfs lorsqu’on regarde un parcours car il y a quelques notes de musique, mais elle parvient souvent à sortir sans pénalité comme ici où elle est triple sans-faute alors qu’elle a dû effleurer toutes les barres de l’ultime parcours ! Elle n’est pas vraiment démonstrative en concours, mais cela doit être dû à la tension car à la maison elle saute beaucoup mieux et est davantage déliée ». 



ELLEA DE MONT & Jean-François Filatriau

Débutant alors sa carrière de jeune éleveur, ce dernier a eu la chance d’obtenir cette réussite avec Ellea dès le départ. « J’avais récupéré la mère d’Ellea à la suite d’un décès dans la famille puis, en me rendant au salon des étalons de Saint-Lô, j’ai eu un coup de cœur pour Canturo, le père, et convenait parfaitement par rapport à ce que je voulais ramener dans la qualité à l’obstacle. Pouliche, Ellea a été très facile à élever. C’était ma première naissance et je garde un souvenir sympa où, deux jours après sa naissance, je suis allée la voir et lui ai montré un licol pour lui mettre. Elle a immédiatement mis la tête dedans, comme si elle m’apprenait mon métier de jeune éleveur. Physiquement, elle était assez jolie et s’est d’ailleurs, à l’époque, bien classée dans les concours de poulains. Nous l’avons ensuite engagée dans les 2 et 3 ans où elle était géniale et beaucoup de gens me courraient après pour me l’acheter ou me complimenter. Dès le départ, sur les barres elle était extraordinaire. À deux ans, lors d’une des premières séances en liberté je l’ai vue faire un soleil sur les barres car emportée par la force de son dos », se remémore le propriétaire de la médaillée de bronze. La Selle Français se rendra à Lanaken pour s’élancer dans le Championnat du monde des chevaux de 5 ans avant de, si pas commercialisée, se préparer pour la saison des 6 ans.  

ESMERALDA DES VAUX ET EBONY BLACK,
ELLES AUSSI SACREES ÉLITE

Deux autres juments de la compétition ont signé un triple parcours parfait terminant aux quatrième et cinquième places et s’adjugeant une bien méritée mention Élite. La première a été ESMARALDA DES VAUX, une fille des Selle Français Urano de Cartigny et Canaille des Vaux, par Super de Bourrière, présentée par Samuel Lepagneul. L’alezane, née chez Georges Lepetit à qui elle appartient toujours, avait cette saison réalisé treize parcours parfaits sur dix-neuf courus. 

La seconde, EBONY BLACK, est une fille de l’Arc de Triomphe et d’une mère par Mr Blue. Pilotée par Edouard Fiocre, la baie brune née chez Aude Calais participait ici à sa première Finale nationale au cœur du Grand Parquet et réalise ainsi une très honorable prestation. 

Retrouvez ci-dessous l’ensemble des résultats du Cycle Classique de la Grande Semaine de Fontainebleau 2019 : 

Résultats Cycle Classique

 

 

 

Sur le même sujet