08.09.2019

Fontainebleau 2019 : Dirka de Blondel triomphante chez les 6 ans Juments Selle Français et Anglo-Arabe

Cinq juments sont reparties du Grand Parquet anoblies de la mention Élite. La victoire finale est revenue à l’énergique Dirka de Blondel, née chez Michel et Eliane Ruel, dans la Manche, et présentée par Faustine Laferrerie. 

Rien n’a fait flancher la pétillante fille de Very Berlin de Castel puisqu’elle a, lors de cette Finale, enchainé les parcours parfaits avec fluidité et agilité. Arrivée sur le Grand Parquet avec 1 point de bonification CIR et 2,5 points de bonification régularité, la Selle Français mérite amplement son titre. Après avoir remporté il y a quelques semaines le CIR de Saint-Lô, elle confirme son potentiel mais commet néanmoins la faute lors de la finale qui a piégé la quasi-totalité des concurrentes. Sa réussite a permis à l’élégante baie de ravir sa naisseuse, Eliane Ruel, présente à Fontainebleau : « J’ai vu Dirka sur ses deux qualificatives à Fontainebleau, ainsi qu’au CIR à Saint-Lô. J’ai eu la confirmation qu’il s’agissait vraiment d’une bonne jument, avec énormément d’envie et de respect. La seule question encore en suspens est de savoir si elle acceptera d’être un peu plus contrainte pour s’élancer sur les épreuves supérieures. Pour Faustine, il va falloir trouver le bon compromis et la bonne entente pour réussir à avoir tout le contrôle nécessaire pour le haut niveau sans la contraindre, ni l’agacer », s’interroge la gérante de l’élevage de Blondel. 



DIRKA DE BLONDEL & Faustine Laferrerie 

En effet, si la jolie baie semble quelque peu assagie, elle était au départ très compliquée de par un trop plein d’énergie : « Dirka était déjà très jolie et élégante en étant petite. Nous sentions qu’elle avait du sang, mais nous avons vraiment découvert son trop plein d’énergie lorsqu’elle a fait ses premiers parcours à 4 ans sous la selle de Jérémie Rolland. Nous nous demandions alors comment il allait réussir à la canaliser ! Lorsque nous la regardons aujourd’hui avec Faustine nous sentons qu’il y a en effet de l’énergie, mais elle paraît plus maitrisée… même si la cavalière dit bien qu’il ne faut pas trop la gêner ! », s’amuse l’éleveuse normande. 


DIRKA DE BLONDEL & Faustine Laferrerie 

Fille de Very Berlin de Castel et Vriska de Blondel, elle-même par Lauterbach, Dirka est issue d’un croisement réfléchi mais également de convenance. Dès le départ, elle a séduit son regretté naisseur, Michel Ruel, qui a ainsi donné un coup de pouce au destin.  « Lorsque nous réalisons des transferts, il est important qu’il y ait des naissances. Ainsi, nous essayons de privilégier le sperme en frais. Le père étant stationné chez Denis Brohier, à côté de chez nous, cela nous a poussé à l’utiliser. De plus, Michel savait que Vriska était assez tonique et légère ainsi, mettre un cheval un peu plus froid pouvait aider. Nous avons vendu Dirka au sevrage à Audrey Charrière, fille de bons amis. Dirka est née l’année du décès de Michel, mais il avait néanmoins eu le temps d’observer et de percevoir les poulains et avait conseillé Dirka à Audrey. Finalement celle-ci était plus gazée que prévue et Audrey ne pouvait l’exploiter donc elle l’a confiée à Jérémie, dans un but au départ de la récupérer une fois plus mûre et plus dressée mais, finalement, voyant que la jument tournait très bien et ayant eu des enfants, elle a décidé de la laisser poursuivre sa carrière sportive », conclut la naisseuse. 

 

DIVINE EXPRESS, DIGNE DESCENDANTE DE SON PERE

Le titre de vice-championne de France est tombé dans l’escarcelle de DIVINE EXPRESS, née aux haras des Coudrettes d’Emmanuèle et Armand Perron-Pette et montée par Delphine Perez. La puissante alezane arrivait en terres bellifontaines après une saison performante couronnée de seize parcours parfaits sur dix-huit sorties, dont deux lors du CIR de Saint-Lô, lui conférant 1 point de bonification CIR et 2 points de régularité. Fille du vice-champion du monde individuel et par équipes, Orient Express, Divine est l’un des premiers produits de ce dernier, produits chers aux yeux de leur propriétaire, Emmanuèle Perron-Pette : « Ce qui est amusant pour nous cette année est qu’il y a sept ans j’ai fait naître une seule jument par Orient Express, Call Me Express, qui est quatrième et meilleure jument du Championnat des 7 ans, puis une seule jument il y a six ans par Orient Express à nouveau, Divine Express, et elle termine vice-championne du Championnat des 6 ans ! Elles se ressemblent dans leur attitude, avec le même œil que leur père, et nous les gérons de la même manière. A l’époque Orient était très peu prélevé car sa carrière sportive était le principal. Ainsi, il n’y avait que peu de doses, mais nous voulions vraiment avoir de ses poulains. Nous avions à la maison Over Speed du Plessis, issue de la souche de la Selle Français Bourrée, qui représente la base de notre élevage et donc naturellement nous avons mis Orient Express dessus, ce qui nous a donné Call Me. Nous avions également cette jument allemande, Caretina Alia Z, fille de Caretino, achetée également pour démarrer l’élevage sur laquelle nous avons également utilisé Orient pour donner Divine. Orient signe beaucoup sa production et tous ses poulains sont adorables, ont les qualités du Selle Français poussées à l’extrême : le bon mental, l’envie de donner son maximum pour son cavalier et de vrais sauteurs. Elles, Call Me et Divine, aiment sauter, sont très respectueuses et sensibles. Elles ont toutes les deux, et ce depuis le départ, un véritable coup de dos et sont même parfois emmenées par le bout de derrière dû à une propulsion énorme. Des chevaux comme cela vous donnent envie de revenir au Selle Français alors que, pendant de nombreuses années, nous nous sommes tournés vers des chevaux étrangers », commente la passionnée. 



DIVINE EXPRESS & Delphine Perez 

À Fontainebleau, Divine a montré beaucoup d’aisance et de sérénité mais également de l’énergie lui permettant de ne jamais baisser de pied et de survoler l’intégralité des épreuves malgré un petit quatre points en finale. « Divine, comme Call Me, a encore mieux sauté les dernières manches que les premières et je trouve cela génial car c’est la preuve que notre équipe fait du super travail quotidien toute l’année, un travail de longue haleine sans lequel une réussite dans un championnat ne serait possible. En effet, il est important de savoir qu’on ne prépare pas une telle échéance deux jours avant, mais qu’il s’agit d’un travail permanent et long. Nous ne sommes pas surpris par son résultat car elle n’a pas loupé grand-chose cette année ne faisant que deux fois quatre points. Elle a été très régulière et très respectueuse. Nous attendions un tel résultat, mais la voir sacrée vice-championne de France est un vrai bonheur. Divine nous a impressionnés car elle n’a pas été émotive, a été toujours concentrée, attentive, régulière, bonne élève et avec sa cavalière. Elle dispose d’énormément de force, ce qui s’est vu à Fontainebleau car elle a déroulé ses parcours avec beaucoup de facilité et d’aisance », admire la naisseuse et propriétaire. 

Divine Express continuera d’évoluer sur le circuit Jeunes Chevaux et devrait remettre sa médaille en jeu l’an prochain lors du Championnat de France des 7 ans, et ce toujours sous la selle de Delphine Perez. En parallèle, d’ici quelques années sa seule et unique fille jusqu’à présent s’élancera à son tour en compétition. « Divine a déjà un produit, Idylle, née par transfert avec Uraeus Blanc. Pour l’instant elle est très belle et ressemble beaucoup à sa mère en un peu moins épaisse. Autrement elle dispose de frères et sœurs utérins, Erinja, une femelle de 5 ans, et Fifty Jump, un hongre de 4 ans, par Carinjo. Ils sont très beaux et le hongre a bien commencé les 4 ans. » 

DARJEELING DE PEHOU, LA SURPRENANTE

Le podium a été complété par DARJEELING DE PEHOU aux commandes d’Audrey Paris. L’alezane, fille de Pomar du Mesnil et d’Uppy Birthday, elle par Huppydam des Horts, est arrivée sur le Grand Parquet après une saison marquée par quatorze sans-faute sur dix-neuf parcours synonymes de 1 point de bonification CIR et 1,5 point de régularité. A l'origine du croisement, il s'agit d'Anouk Soulier, des Ecuries de Pehou, dans les Côtes d'Armor, où Darjeeling a vu le jour. 



DARJEELING DE PEHOU & Audrey Paris

L’alezane a commis une faute lors de la deuxième épreuve qualificative, mais a réussi l’exploit d’être la seule à signer un double parcours parfait sur la très difficile finale de ce championnat, de quoi impressionner son co-naisseur et propriétaire, éleveur amateur, Éric Harm : « À Fontainebleau, j’étais un peu comme un spectateur ébahi devant ses parcours. Avec mon œil d’amateur, j’ai trouvé les tours très hauts et Darjeeling, elle, a été remarquable et a tout à fait dominé son sujet. Rien n’a semblé la perturber, elle n’a pas réalisé un pas de travers ou un sursis de tous les parcours, tout a été fluide. Depuis quasiment le début de sa carrière elle est au Haras des Forêts, de la famille Paris, et évolue avec Audrey qui la connaît absolument par cœur et l’aime beaucoup. Sur les barres, dès le départ elle montrait quelque chose mais, à chaque fois qu’elle franchit une étape, elle étonne un peu son monde. Elle est en effet très fine et petite par rapport à ses concurrentes, mais stupéfiante et pleine de volonté. À la maison, elle est d’un calme absolu, voire un peu fainéante, mais en revanche, lorsqu’elle arrive en compétition elle est totalement électrisée et galvanisée par la présence des autres chevaux et l’atmosphère. Sa cavalière dit qu’elle est très appliquée et très bonne élève », s’extasie l’amoureux de chevaux. 

Toujours sur son nuage, l’éleveur n’a pas encore pensé au futur : « Pour ce qui est de la suite, je ne sais pas vraiment ! Pour l’instant je suis porté par cette joie de réussite. C’est une histoire incroyable où j’ai acheté une pouliche dans le ventre de sa mère pour ma fille et me retrouve, totalement ébahi, 6 ans plus tard à la voir médaillée de bronze aux championnats de France ! Ce qui est sûr c’est qu’Audrey a très envie de faire les 7 ans avec elle ! » 

 

Retrouvez ci-dessous l'ensemble des résultats du Cycle Classique de la Grande Semaine de Fontainebleau : 

Résultats Cycle Classique

 

 

 

 

Sur le même sujet