05.09.2021

Fontainebleau 2021 : Ciel d’or pour Gold Sky de Pégase dans les 5 ans Entiers/Hongres

Au total, le public a pu observer 166 chevaux dans cette catégorie, dont 43 mâles et 123 hongres. 41 d’entre eux se sont qualifiés pour la finale et 24 ont réussi l’exploit de terminer avec un triple sans faute. Grâce à sa note de modèle, le protégé de la famille Ragot, Gold Sky de Pégase, s’impose devant le manchois Génial de B’Neville, et le calvadosien Gin Fizz des Matis.

Découvrez l'interview d'Alix Ragot, cavalier et propriétaire de Gold Sky de Pegase après sa victoire dans le Championnat des 5 ans :

 

Retour sur ce trio de tête avec leurs naisseurs.

Gold Sky de Pegase, ballon d’or des 5 ans

Bien qu’il ne soit pas éleveur à l’origine, Frédéric Ragot reste un passionné avant tout. Gold Sky de Pégase, le nouveau Champion SHF des 5 ans mâles et hongres, illustre parfaitement cette passion transmise à son fils Alix. « L’histoire a commencé avec la grand-mère de notre étalon Thaïs de Pégase » raconte-t-il. « Qenotte, une fille de Guillaume Tell, était sortie en A. J’avais repéré Emir Platière que je trouvais très beau (rires) alors je l’ai mis sur ma jument ». La beauté n’est certes pas un critère suffisant en élevage, mais l’oeil du cavalier s’était affûté lorsqu’il étudiait au lycée, années où il remportait un concours de jugement de bétail. Vint ensuite l’heure de mettre la fille de Qenotte, Niveal de Pegase, à la saillie, ce qui donna l’excellent Thaïs de Pegase. Avec Alix, le fils de Calvaro évolua jusqu’au niveau 4* et sur le circuit du Grand National FFE avant de devoir être écarté du sport. « Nous en avons refusé 7 millions à l’époque » avoue Frédéric. Mais la passion et l’amour pour leur souche furent plus forts. « Nous faisons ça pour vibrer, même si parfois économiquement c’est difficile » admet-il.

GOLD SKY DE PEGASE & Alix Ragot - Crédit Photos : PSV Photos

A raison de deux à trois poulains par an, la famille Ragot poursuit son travail sur la souche de Qenotte, tout en exploitant des opportunités, comme ce fut le cas avec la mère de Gold Sky, Heurause (Herzensdieb, Trak). « Une amie voulait acheter une jument. Il s’agit d’une souche plutôt orientée dressage, dont j’ai aimé le modèle au carré à l’ancienne. Je lui ai demandé si nous pouvions lui faire faire un poulain ». C’est effectivement une souche mixte CSO/dressage comprenant des gagnants au niveau Inter I, très imprégnée de sang Trakehner. Côté méthode de travail, père et fils se relaient. « Nous travaillons beaucoup nos poulains, ils sont manipulés, travaillés à la voix en liberté, cela donne des chevaux disponibles. Et ils ne sautent pas avant 3 ans ! ».

GOLD SKY DE PEGASE & Alix Ragot - Crédit Photos : PSV Photos

Outre valoriser leurs poulains, les Ragot essaient de promouvoir leur étalon ‘maison’ Thaïs de Pégase. « L’un de ses produits finaliste en 5 ans, monté par Axel Van Colen, a été vendu à Ludger Beerbaum » précise Frédéric Ragot. « Un autre, Full Moon d’Elpe, a été approuvé SF et a terminé Excellent à 4 ans et son propre frère Izulu d’Emeraude a l’air exceptionnel ». Désormais prélevé par Eurogen à Saint-Lô, Thaïs sert environ une trentaine de juments par an et risque fort, avec ce titre, d’en séduire davantage la saison prochaine.

Gold Sky de Pegase

  • 5 sans faute sur 8 parcours à 4 ans - Qualifié,
  • 13 sans faute sur 14 parcours à 5 ans – Elite,
  • double sans faute au CIR de Saint-Lô, 16,25 au modèle
  • Naisseurs : Isabelle Carruel, Ecuries de Pégase.
  • Cavalier : Alix Ragot.

GOLD SKY DE PEGASE & Alix Ragot - Crédit Photos : PSV Photos

 

Génial de B’Neville, l’étalon à la souche olympique

Génial, en voici un qui porte bien son nom. « Mais il faut rester humble ! » lance Jean-Baptiste Thiébot, son naisseur et propriétaire. Ce beau mâle noir pangaré ne sort pas de nulle part. Il s’agit tout simplement de la souche maternelle de la nouvelle Championne Olympique Amande de B’Neville, sacrée sous la selle de l’allemande Julia Krajewski. Et quand vous connaîtrez l’histoire qui mena à ces cracks, vous comprendrez que l’instinct de l’éleveur passe avant tout. « Voici quarante ans, j’ai acheté une belle pouliche à la foire de Lessay à un petit éleveur du Mesnil Rouxelin, Monsieur Albert Durand, une fille de Feu Sacré » raconte le manchois. « Elle tourna en jeunes chevaux avec Xavier Leredde mais fut accidentée à 5 ans. Je l’ai donc mise à la reproduction ». Cette pouliche, c’est Nuance V. Elle ne donna qu’un produit à Jean-Baptiste, Vigie de B’Neville, fille du Pur Sang de la station des Pieux Dear Patrick (Gyr, PS), qui fut mise dès 3 ans à la saillie. « Elle n’a produit que des tops chevaux » dit l’éleveur. Vigie donna 14 produits dont 12 indicés en saut d’obstacles et une excellente poulinière conservée à l’élevage, Igie de B’Neville (Camelia de Ruelles, SF), elle-même mère de Perle de B’Neville (Elan de la Cour, SF) qui a produit...la désormais célèbre Amande de B’Neville !

GENIAL DE B'NEVILLE & Jonathan Chabrol - Crédit Photos : PSV Photos

La mère de Génial, nommée Nuance de B’Neville (Talent Platière, SF) est la propre sœur d’un certain Droit de B’Neville, plus connu sous son nom américain Del Mar. « J’avais failli le vendre à Eric Navet mais c’est finalement Olivier Desutter qui l’emmena. Il l’a d’abord vendu à l’un de ses stagiaires avant de le céder à la famille Philippaerts qui elle-même l’exporta ». Un jour, au détour d’une allée, au Salon du Cheval de Paris, un ancien cavalier travaillant pour l’éleveur s’aperçoit qu’en réalité, celui que l’on appelle Del Mar est en réalité Droit de B’Neville, désormais monté par Kerri Potter, l’épouse de Rodrigo Pessoa. Droit n’est pas le seul produit de Vigie à avoir fréquenté les circuits internationaux. Ce fut le cas également de Fort de Bneville (Fort de la Cour, SF), vendu à l’élevage d’Iso avant de traverser l’Atlantique et se retrouver sous couleurs brésiliennes, rebaptisé Fort Neuville de Joter. En parlant justement d’Iso, Jean-Baptiste Thiébot souligne la parenté qu’il existe entre la souche de Génial et celle de l’étalon Number One d’Iso. En effet, l’arrière-arrière-grand-mère de Génial, Eclatante (Ti-Ti, SF) a produit Margareth II (Feu Sacré, SF), qui a donné Urgelle (Jalisco B, SF), mère de Hotesse du Hamel (Si Tu Viens, SF), dont le premier poulain fut...Number One d’Iso ! « Hotesse était une jument pas facile » se souvient Jean-Baptiste. « Je l’avais fait acheter à mon cavalier Gaëtan Descherp puis c’est finalement Denis Gillon qui l’a récupérée pour en faire une poulinière. Je lui ai conseillé de mettre Baloubet du Rouet. Puis la jument est revenue chez moi où elle a produit Otesse d’Iso, championne des 5 ans, avant de donner deux mâles sous l’affixe ‘de B’Neville’ ». C’est donc définitivement une lignée prolifique. Et fort heureusement, le président de Cheval Normandie a conservé deux filles de Nuance de B’Neville. « Génial a été approuvé à 3 ans. Il ne touche jamais une barre et c’est garanti sans barrage ! Il est parti à la congélation et fera la monte en IAC la saison prochaine » indique-t-il. A l’origine monté par Arthur Le Vot, Génial a été repris par Jonathan Chabrol en fin de circuit. « Il s’est très vite adapté au cheval, il a fait un top boulot et a priori il va continuer à le monter ». Sauf...si une offre se présente qu’il ne pourrait refuser. 

Génial de B’Neville

  • 12 sans faute sur 12 parcours à 4 ans – Excellent,
  • 13 sans faute sur 14 parcours à 5 ans – Elite,
  • double sans faute au CIR de Saint-Lô, 15,80 au modèle
  • Naisseur & Propriétaire : Jean-Baptiste Thiébot.
  • Cavalier : Jonathan Chabrol.

GENIAL DE B'NEVILLE & Jonathan Chabrol - Crédit Photos : PSV Photos

 

Gin Fizz des Matis, une perle normande

Avec Gin Fizz, c’est une part importante de l’élevage normand qui rejaillit. Car sous cette affixe encore peu connue se cache en réalité l’élevage de Cheux, fondé par les parents d’Isabelle Berzinger dans le Calvados voici plus de quarante ans. « Gin Fizz est un pur produit de l’élevage familial » explique-t-elle. « Perle de Cheux, sa mère, est le croisement des deux juments ayant marqué l’élevage de mes parents, Corolys (une fille de Starter et de la matronne Magali née chez Marcel Lebourgeois, d’où Betty de Kreisker, ndlr). » Alors qu’elle travaillait aux Haras nationaux au sein de la Jumenterie du Pin sur les problématiques liées aux techniques de reproduction, les époux Houssin arrêtent l’élevage. Isabelle convainc ses parents de lui céder le poulain de Kandy de Cheux si c’est une femelle. Pari gagné, Perle voit le jour ! « Son premier produit, Baladin des Matis (Padock du Plessis, SF) a évolué jusqu’en CSI5* avec Nicolas Delmotte. Son propre frère Calypso des Matis a débuté avec Rutherford Latham avant d’être vendu au Brésil et de sauter en CSI5* avec Eduardo de Menezes. Le 3e produit Edinson des Matis (Nectar des Roches, SF) a été exporté en Grande-Bretagne. »

GIN FIZZ DES MATIS & Arnaud Bourdois - Crédit Photos : PSV Photos

Vint ensuite Gin Fizz des Matis, dont l’histoire est assez singulière. « J’avais acheté et monté Quo Vadis de Cheux (Trésor de Cheux, SF) » raconte Estelle Polette de Oliveira, la propriétaire de Gin Fizz. « Il était très guerrier, avec un sens de la barre exceptionnel, j’avais pour lui une confiance absolue. Beaucoup de gens me l’ont demandé à l’époque. Quand j’ai voulu le mettre à la retraite je me suis mise en quête d’un nouveau cheval. » Nous étions alors en 2014. A la faveur d’un déplacement aux Jeux Equestres Mondiaux, Estelle contacte Isabelle Berzinger après avoir vu que Perle produisait toujours. « Je suis allée la voir et j’ai essayé de trouver une solution pour acheter l’un de ses produits. Nous avons trouvé un arrangement » explique la cavalière amateure installée en Bretagne. Le choix de l’étalon se porte sur Contendro. « Avec le recul, je suis très heureuse de ce choix ! ». Elevé jusqu’à l’âge d’un an par Isabelle Berzinger, Gin Fizz rejoint sa propriétaire où il est pré-débourré par Arnaud Bourdois à 2 ans et demi. « C’est un cheval sensible, il fallait donc le travailler tôt et rester vigilant » dit-elle. Retourné au pré quelques mois, le bai reprend le travail à 3 ans toujours avec Arnaud Bourdois « qui a compris qu’il fallait l’aborder avec douceur ». En passe de se qualifier à 4 ans, son cavalier se blesse. Son cavalier maison prend le relais avant que Marc Le Berre ne le monte pour la finale d’où il revient avec le label Excellent. De nouveau mis au repos, Gin Fizz a réintégré les boxes de son pilote d’origine fin d’année de 4 ans. « Arnaud fait preuve d’une implication extraordinaire dans le travail du cheval » insiste Estelle. Même si Gin Fizz occupe une place particulière dans le coeur de sa propriétaire, celle-ci ne sait pas encore si elle résistera aux offres qu’on lui fait depuis la finale. De son côté, la naisseuse n’a plus qu’un produit de Perle né cette année, les trois précédents ayant déjà été vendus. « Un 3 ans par Excalibur de la Tour Vidal, un 2 ans par Mylord Carthago, un 1 an par Untouchable...que des mâles ! Perle ne m’a jamais fait de femelle sur les huit produits qu’elle m’a donné. Et elle refuse de donner des embryons… ! ». Perle est pleine à nouveau de Padock du Plessis pour 2022. Souhaitons à la normande d’avoir enfin une descendante pour prendre la relève.

Gin Fizz des Matis

  • 11 sans faute sur 12 parcours à 4 ans – Excellent,
  • 15 sans faute sur 16 parcours à 5 ans – Elite,
  • double sans faute au CIR du Lion d’Angers, 15,50 au modèle
  • Naisseur : Isabelle Berlinger.
  • Propriétaire : Estelle Polette.
  • Cavalier : Arnaud Bourdois.

GIN FIZZ DES MATIS & Arnaud Bourdois - Crédit Photos : PSV Photos
Propos recueillis par Xavier Boudon.

 

Retrouvez les résultats complets ci-dessous :

Championnat des 5 ans Entiers/Hongres

Sur le même sujet