29.08.2018

Excellixe, reine des 4 ans

Les 4 ans Juments ont conclu leur saison cette semaine à Fontainebleau et seule cinq sont reparties avec la mention Élite. Le titre de championne de France est revenu à l’aérienne EXCELLIXE, fille de C Indoctro et d’une mère par le très renommé Diamant de Semilly.

Excellixe a lors de la Finale des 4 ans fait preuve de tout son potentiel et séduit les juges sur sa manière. La fille de C Indoctro n’était pourtant pas une des grandes favorites. Arrivée à Fontainebleau avec une saison en dent de scie, celle-ci aurait même pu ne pas participer à la Finale mais c’était sans compter sur ses deux parcours parfaits lors du CIR de Compiègne et sa note de 15,6 au modèle, qui ont ainsi convaincu son naisseur et propriétaire, Frédéric Lefebvre. 

« En juillet nous avions discuté avec son cavalier, Tony Cousin, car je voulais lui faire faire un transfert d’embryon et il m’a donc dit que, peut-être, il ne servait à rien de lui faire poursuivre la saison car nous savions déjà qu’elle était bonne. Cependant, comme nous étions à huit jours du CIR de Compiègne nous avons convenu que nous l’emmenions au CIR et que nous verrions ensuite ! Elle a terminé quatrième et meilleure jument ! En ce qui concerne la Finale, je ne m’attendais pas vraiment à ce qu’elle soit championne ! J’espérais juste qu’elle soit Élite et dans le top 8 mais pas championne de France ! Le fait que le second parcours ait été très sélectif a joué en notre faveur ! J’ai regardé tous les parcours et je trouve qu’elle était un peu au dessus du lot », explique l’éleveur fier de sa pépite fille de Tradition Ixe, une jument qu’il affectionnait tout particulièrement et qui est décédée depuis.

En effet, Excellixe semble suivre les traces de sa mère, vice-championne de France des 5 ans en 2012. De plus, par son passé d’éleveur, Frédéric Lefebvre avait déjà, grâce à ce courant de sang fait naître une pépite. 

« J’avais déjà une jument, qui s’appelait Sibellixe, par C Indoctro et qui a été une des meilleures juments de la maison. Elle a été notamment triple sans faute à Lanaken à 5 ans. Ce croisement semblait donc faire son affaire. De plus, j’avais déjà croisé la mère, Tradition Ixe avec C Indoctro et j’avais eu un mâle, Black Jack Ixe, qui était très bien et participe cette année au championnat des 7 ans après avoir eu un indice de 146 à 6 ans. Je voulais absolument avoir une femelle de ce croisement donc nous avons recommencé ! » explique le naisseur. 

Dès le départ, la pétillante baie séduit son monde et montre son goût pour l’obstacle. 

« C’était une pouliche très aérienne. Lorsqu’on la regardait galoper on se demandait quand est-ce qu’elle posait les pieds au sol ! Elle avait déjà ce port de tête assez fier. Ce qui a toujours été impressionnant avec elle et les autres produits de sa mère est qu’ils adorent sauter ! Lors de la première séance en liberté nous n’avons même pas eu le temps de finir de mettre les barres, nous étions encore en train de la mettre sur les taquets et elle est venue sauter au milieu de nous comme si ce jeu l’amusait ! À deux ans, alors que je voulais la mettre au pré avec une pouliche d’un an de plus, lorsqu’elle l’a vue arriver en face, elle a eu peur, a fait une grande volte et a sauté la porte d’1,25m », s’amuse encore Frédéric Lefebvre.

Pour ce qui est de l’avenir de cette Championne, il semble bien tracé et les chances qu’elle quitte son naisseur sont assez faibles. 

« Elle fait partie de ces juments qui resteront ad vitam aeternam je pense ! La seule raison pour laquelle cela pourrait changer c’est si elle avait tous les moyens pour sauter au plus haut niveau et que je ne puisse plus suivre. J’essayerai alors de trouver des sponsors ou alors je serai contraint de la vendre si on m’en propose un bon prix… mais ce n’est pas du tout au programme pour l’instant ! À cinq ans elle restera chez Bérenger Oudin montée par son cavalier et normalement, à 6 ans, Bérenger devrait la récupérer dans son piquet. Si elle a les moyens d’aller plus loin elle restera là-bas sinon elle rentrera à l’élevage. J’aimais énormément sa mère et elle est la seule fille de celle-ci donc je pense sincèrement que je ne la vendrai jamais… », tonne le passionné. 

Juste derrière elle, à la deuxième place, on retrouve EBENE DE HUS, née au haras de Hus, fille de l’étalon maison Conrad, depuis vendu au États-Unis, et d’une mère par Lamm de Fetan. La jument Selle Français présentée par Jean Foubart a elle aussi signé deux parcours parfaits gratifiés d’une médaille d’argent. Elle termine la finale avec 4 points de Championnat grâce à sa moyenne de « manière et aptitude » de 15,5 et son modèle noté à 16,5. 

Ebene de Hus & Jean Foubart

La dernière marche du podium est revenue à ENERGY DE L’AUTROT, fille de Con Air. La baie Selle Français, petite fille de Calvaro s’adjuge une bien méritée mention Élite aux commandes de David Melin, son naisseur et propriétaire concluant ainsi une saison parfaite couronnée de douze parcours parfaits sur douze sorties. Energy réalise un double sans faute noté 16 à chaque passage avec un modèle à 15,6 et finit avec 4,2 points de Championnat.

Energy de l'Autrot & David Melin

Sur le même sujet