14.09.2019

Pompadour 2019 : Je'Vall champion du Cycle Libre 2ème année

Je’Vall et Alexandra Vandamme ont dominé le Cycle libre 2ème année s’imposant face aux quarante-trois couples de la liste de départ.  

 

Le fils de Zavall VDL et Wemillem, elle par Corrado, associé à sa cavalière Alexandra Vandamme, nièce du propriétaire, Marc Vandamme, a séduit les juges immédiatement puisqu’il est sorti du rectangle de dressage avec seulement 27,5 points lui offrant ainsi la deuxième place du classement provisoire. Auteur ensuite de deux parcours parfaits sur le cross et à l’hippique, le mâle gris a conservé son score de départ et s’est ainsi imposé avec l’art et la manière. Contrat rempli donc pour sa cavalière venue à Pompadour dans un but de formation mais croyant aux chances du KWPN.



Je’Vall & Alexandra Vandamme

L’impassible Je’Vall, né aux Pays-Bas, a fait preuve d’une incroyable aisance sur les trois tests alors qu’au départ cela ne semblait pas gagné. « Mon oncle a acheté Je’Vall fin octobre 2018 sur mes conseils », détaille satisfaite la cavalière. « Je l’ai repéré aux Pays-Bas, où je travaillais, chez quelqu’un avec qui j’avais déjà travaillé. Cette personne m’a alors parlé de Je’Vall en me disait qu’il avait beaucoup de sang et qu’il était un peu compliqué à monter car un peu craintif face à l’Homme. Je l’ai essayé, l’ai beaucoup aimé et l’ai ainsi proposé à mon oncle qui s’est lancé dans l’aventure. Il venait de se faire castrer et cela ne s’était pas très bien passé. Il était très maigre et très sensible donc nous avons fait comme s’il venait d’être débourré. Durant deux mois, nous n’avons fait que des balades ou des petites séances. Il était alors très compliqué au galop car avait beaucoup d’action et se laissait emporter par manque de force pour se tenir. Nous avons donc dû lui apprendre à galoper en s’équilibrant. Une fois que cela a été compris, nous avons fait quelques petits parcours de cross en Belgique pour qu’il découvre ce nouvel environnement. J’aurais aimé l’emmener en Cycle Classique 5 ans, mais il n’était pas encore prêt et ai décidé de débuter sur le Cycle Libre 2ème année. Au départ, sur le cross je ne pouvais pas galoper car il n’était pas à l’aise. J’ai eu beaucoup de chance car lors de mon premier concours il n’y avait pas beaucoup de partants et ils ont été pour la plupart éliminés ou ont réalisé des refus ! J’ai ainsi reçu une première prime alors que j’avais fait 30 points de temps dépassé sur le cross ! Pompadour est la seule fois où il est rentré dans le temps sur le cross ! Je voulais aller à la Finale pour lui donner de l’expérience et également car je pensais qu’il avait néanmoins ses chances présentant très bien en dressage et séduisant les juges. Lors du championnat, il a été fidèle à lui-même, très serein et sans stress. Nous avons fait quelques erreurs sur le dressage, mais il sort néanmoins deuxième et je suis assez fière de la reprise qu’il a déroulée. Sur le cross, il a réussi à avoir une vraie galopade et m’a prouvé qu’il pouvait le faire. C’est la première fois qu’il se laissait aller. Sur le CSO j’ai senti que je pouvais compter sur lui, qu’il était appliqué et allait essayer de faire son travail correctement et de ne pas toucher de barre ». 


Je’Vall & Alexandra Vandamme

Pour ce qui est de la suite, Alexandra Vandamme croit vraiment au potentiel de son protégé et espère continuer leur progression : « L’an prochain, j’aimerais bien, s’il se sent bien en début de saison prochaine et qu’il a pris beaucoup de force dans le galop cet hiver, essayer de le mettre dans le Cycle Classique 6 ans. L’objectif majeur est d’aller participer à des internationaux en Grande-Bretagne car son propriétaire habite là-bas et qu’il pourrait ainsi le voir en compétition. »

Revivez en images le parcours de cross du champion : 

EVEREST DU MONTCEAU, LE SERIEUX VICE-CHAMPION

EVEREST DU MONTCEAU*MILI et Marie Buche sont quant à eux montés sur la deuxième marche du podium. Quatrième à l’issue du dressage, le fils de Calypso d’Herbiers et Ircane de Roide, fille de Val de Merzé, a été exemplaire lors du test de fond et du CSO puisqu’il n’a ajouté aucun point à sa note sur le plat et termine donc son championnat avec 28,3 points. Le hongre Selle Français né à l’écurie du Montceau et appartenant désormais au Ministère de la défense décroche ainsi une belle médaille d’argent. 



EVEREST DU MONTCEAU & Marie Buche 

Issu d’un croisement sagement pensé par Renaud Fressange Dubost, propriétaire de l’écurie du Montceau, Everest a toujours montré de belles choses : « Nous avons au départ réalisé ce croisement car nous souhaitions obtenir une fille de Calypso d’Herbiers, mais malheureusement nous avons eu mâle ! Heureusement, il est vraiment génial ! Nous pensions en effet que Calypso d’Herbiers pourrait améliorer la lignée maternelle et qu’avoir une femelle nous permettrait ainsi de continuer cette souche en y ajoutant des points forts. Nous l’avons vendu à 3 ans lorsque nous l’avons présenté au concours régional de Modèle et Allures où il s’était très bien comporté. Au départ, Everest était un poulain assez sensible et puis finalement, dès qu’il eut été rentré au boxe, il a été très gentil, très docile et facile à débourrer. En réalité, tous les poulains de la mère ont été comme lui, gentils et faciles à démarrer et Everest est son dernier, elle est à la retraite depuis. Petit, il était très joli, c’était un très grand poulain à la naissance qui montrait déjà de très belles allures », se remémore l’éleveur Renaud Fressange Dubost.

EVEREST GOLD, DIGNE FILS DE JAGUAR MAIL

La dernière marche du podium a été occupée par EVEREST GOLD aux commandes de Bérénice Velthier, sa propriétaire. Ce Selle Français par le performant Jaguar Mail et Oryx, elle-même fille de Damiro B a prouvé toute l’ampleur de son talent. Huitième après le premier test, le couple a réalisé une remontée fulgurante dans le classement trouvant aisément les clés des deux parcours, celui de cross et celui de saut d’obstacles. Si le puissant gris semble aujourd’hui très à l’aise en concours, au départ ce n’était pas le cas : « Lors de ses toutes premières compétitions, il était un peu timide, très impressionné par les autres chevaux au paddock, mais cela est vite passé », se souvient Francis Clément, son naisseur. « Finalement, c’est normal à cet âge-là ce sont des bébés ! J’ai vendu Everest à la fin de son année de 4 ans. Chez nous nous travaillons beaucoup avec la méthode Blondeau que nous trouvons formidable. Tous les poulains sont à la maison du sevrage au mois de mai de leur un an. Durant ce laps de temps, nous les manipulons beaucoup, leur mettons des couvertures, les brossons, leur prenons les pieds, etc… ce qui fait que, une fois le débourrage venu, Everest a été adorable et tout s’est extrêmement bien passé. Nous aurions dit qu’il avait été monté toute sa vie ! ». 



EVEREST GOLD & Bérénice Velthier

Fils du réputé Jaguar Mail, Everest Gold dispose de qualités indéniables lui permettant de conclure une année performante par ce titre : « Jaguar a produit de très bons chevaux, et il n’en existe pas de mauvais ; ce sont toujours des bons chevaux dans leur discipline, dans leur catégorie et dans leur hauteur. Qui plus est, ils sont toujours très bien dans leur tête et donc utilisables par tous. La mère est une jument que j’ai moi-même montée en concours complet et qui avait énormément de sang, alors que la plupart des produits de Jaguar que j’avais vus étaient des chevaux très posés et très calmes. J’ai ainsi pensé que le croisement pourrait fonctionner et apaiserait le tempérament de ma jument, tout en gardant l’esprit d’un cheval de concours complet. Poulain, Everest a toujours été grand par rapport à tous les autres, mais surtout il était très proche de l’Homme. Il s’agissait du premier à arriver lorsque nous venions voir les poulains dans le pré ! », rappelle l’éleveur. 

Désormais, Everest Gold devrait remettre son titre en jeu l’an prochain sur le Cycle Libre 3ème année avec sa cavalière et propriétaire, Bérénice Velthier.

 

Retrouvez ci-dessous l'ensemble des résultats de la Grande Semaine de Pompadour :

Résultats

 

Sur le même sujet