10.09.2021

Pompadour 2021 : Ginger de Béliard, héritière légitime du Cycle Classique 5 ans

53 couples se sont retrouvés sur le magnifique site du Haras national de Pompadour pour disputer ce championnat. En tête à l’issue du dressage, Nicolas Touzaint et Gauguin du Buisson ont perdu toute chance de podium après leurs deux barres à l’obstacle, ouvrant la voie à leurs adversaires. Ginger de Béliard et Thomas Carlile s’imposent donc avec plus d’un point d’avance sur deux couples militaires, Morgan Payement / Genesis du Barrois*Mili et Frédéric Verge / Game Over. Au total, cinq chevaux terminent Elite, sept Excellent et neuf Très Bon.

Découvrez en images la réaction du naisseur Gérard Brescon de la Championne des 5 ans :

Rencontre avec les naisseurs des trois meilleurs.

Ginger de Beliard, quand Thomas Carlile roule en Royce 

A peine remis de la Grande Semaine de Pompadour, Gérard Brescon s’est envolé pour Aix-la-Chapelle afin de supporter Thomas Carlile, engagé dans le CCIO4*-S avec...la sœur utérine de la nouvelle championne, Birmane. Si cette dernière est une fille du belge Vargas de Ste Hermelle, Ginger, elle, est issue du désormais fameux Upsilon. « J’ai pratiqué le même croisement à trois reprises » explique l’éleveur. « Etant co-propriétaire avec Thomas d’Upsilon, tout ça est une histoire de famille...j’y suis très attaché. » Son propre-frère Forban de Béliard et sa propre sœur Eau Vive de Béliard étaient trop puissants pour être destinés au concours complet. Ils ont donc été confiés à la cavalière internationale de saut d’obstacles Marie Demonte.

GINGER DE BELIARD & Thomas Carlile - Crédit Photos : PSV Photos

Finalement, Ginger se rapproche bien plus de sa demie-sœur Birmane. « Elle lui ressemble beaucoup mais avec plus d’équilibre. C’est une très bonne sauteuse » témoigne-t-il. Peu sortie à 4 ans à cause de la pandémie, Ginger a profité d’un été au pré avant de reprendre gentiment le travail. « Elle est un peu sur l’oeil, avec un fort caractère. Heureusement cela s’est arrangé au fil de la saison. Elle se révèle plus souple que Birmane ce qui lui permet d’être meilleure au dressage » explique le gersois. « Elle promet beaucoup mais je préfère attendre l’année de 6 ans pour en être sûr. S’ils sont bons à 6 ans, c’est assez révélateur. Elle a la chance d’avoir Thomas sur le dos, qui pour moi est le meilleur cavalier de jeunes chevaux. » Gérard Brescon voit évidemment plus loin puisque son but est d’aider le toulousain à s’équiper pour courir de belles épreuves. « J’en ai gardé beaucoup mais j’avoue que je commence à en avoir pas mal. Je vais certainement en vendre d’ici quelques mois. Je conserverai les bonnes juments pour perpétuer la souche » explique-t-il. Ou plutôt les souches puisque outre Royce de Kreisker (la mère de Ginger, issue de la lignée d’Ifrane), il exploite celle de la matrone de l’Anglo-arabe, Jasione, via sa fille Vieusinge du Maury (Jalienny, AA). « J’ai fait naître cinq foals cette année mais d’ordinaire c’est plutôt deux ou trois » confie-t-il.

GINGER DE BELIARD & Thomas Carlile - Crédit Photos : PSV Photos

D’ailleurs, au départ, son élevage était plutôt à vocation saut d’obstacles. Le concours complet est arrivé par hasard dans sa vie. « Je voulais produire pour le CSO mais je tenais à ce que mes produits soient formés par un cavalier de complet pour être mieux dressés. J’ai rencontré Thomas lorsqu’il avait 18 ans, son état d’esprit m’a plu, il m’a fait découvrir le complet et depuis, nous avons gravi les échelons ensemble. Le complet, c’est une famille, un monde de passionnés, je m’y sens à l’aise. J’espère que l’aventure va continuer car je prends goût aux belles épreuves ». L’avenir se prépare déjà avec deux produits de l’étalon Cher Epoux (Network, PS) en route pour 2022, l’un avec Royce de Kreisker, l’autre avec sa fille Havana de Béliard (Quite Easy, Holst). Rendez-vous dans 5 ans !

Ginger de Beliard

  • 4 primes sur 6 épreuves à 5 ans - Elite
  • 12 pts PACE
  • Naisseur et propriétaire : Gérard Brescon
  • Cavalier : Thomas Carlile

GINGER DE BELIARD & Thomas Carlile - Crédit Photos : PSV Photos

 

Genesis Du Barrois*Mili, un heureux hasard meusien

Derrière ce cheval aux couleurs militaires se cache en fait l’une des meilleures lignées de l’élevage d’Argonne, cher à Sylvie et Pascal Trassart. D’ailleurs, Genesis n’était pas le seul à la représenter sur les pistes de Pompadour. Pas moins de trois chevaux se sont qualifiés pour les finales, Genesis ayant été le meilleur. Grégorio d'Argonne (Eldorado de Hus et Manon d'Argonne, la propre sœur de la grand-mère de Genesis par Emir Platière) termine Très Bon avec la meilleure note de style sur le cross (17 !) sous la selle de la jeune Morgane Euriat. Quant à Glenn d'Argonne (Kigali et Nilda d'Argonne, la grand-mère de Genesis par Emir Platière), il sort finalement du classement suite à une erreur de parcours sur le cross après avoir effectué un beau tour et obtenu la 2ème meilleure note au modèle (17 lui aussi). Genesis du Barrois est en fait le quatrième produit de Taïga d’Argonne (Otto Mail, SF) par l’international Poor Boy qui poursuit sa carrière à l’élevage. C’est en réalité le seul né pour le compte d’Emilie Heckel, à la tête du centre d’insémination du GAEC du Barrois dans la Meuse.

GENESIS DU BARROIS*MILI & Mch Morgan Payement - Crédit Photos : PSV Photos

« La mère de Genesis appartenait à un client. Elle était en pension élevage et il ne voulait plus la mettre à la saillie. J’aimais bien les origines et même si je suis plutôt saut d’obstacles, je l’ai inséminée pour mon compte » explique-t-elle. « C’était une grande jument fine avec du cadre et de belles allures. Genesis est né puis la jument a été revendue. Je ne l’ai pas rachetée car j’avais peur de ne pas trouver de débouchés en concours complet. » Elevé chez elle jusqu’à 3 ans, Genesis est ensuite parti chez Alain Fortin pour être commercialisé. « Il sautait très bien en liberté. Alain l’a présenté à la Garde Républicaine qui l’a acheté » dit-elle. Eleveuse de bovins et céréalières, Emilie Heckel remplace progressivement les vaches par des chevaux et propose des pensions élevage tout en exploitant cinq à six poulinières orientées saut d’obstacles. D’ailleurs, l’éleveuse avait deux produits à Fontainebleau, dont l’un termine double sans faute dans la finale des 4 ans labellisé Très Bon.

Genesis Du Barrois*Mili

  • 3 primes sur 6 épreuves à 5 ans - Elite
  • Naisseur : GAEC du Barrois
  • Propriétaire : Ministère de la Défense
  • Cavalier : Mch Morgan Payement

GENESIS DU BARROIS*MILI & Mch Morgan Payement - Crédit Photos : PSV Photos

 

Game Over, le jeu continue

Mais qui a bien pu donner un tel nom à un poulain plein d’avenir… ? Vincent Leroyer, agriculteur dans la Manche, assume ce choix amusant. « Cette année-là, je cherchais un nom...et il y avait un taureau de race normand qui s’appelait Game Over...alors je n’ai pas cherché très loin » explique-t-il en riant. Cet éleveur de vaches laitières – une quarantaine sur environ 40ha – reste un véritable passionné. « J’ai trouvé l’arrière grand-mère de Game Over chez Bernard Clouet à l’élevage d’Olbiche au tout début des années 2000. J’ai d’abord utilisé Robin II Z ce qui m’a donné Quina, la grand-mère du cheval » raconte-t-il. Très attaché aux Haras nationaux, il utilisa notamment sur cette dernière Chef Rouge, pour obtenir une certaine Britta, vice-championne des 5 ans avec Jimmy Jean en 2016. Sa grande-sœur Ara était quant à elle une fille de Quartz du Chanu (L’Arc de Triomphe, Old), un étalon né chez Yves Langellier...son cousin ! « Elle était très grande, presque 1,80m, alezan crins lavés avec une grande liste. Plutôt que d’essayer de la vendre, j’ai préféré la garder » explique le manchois. « Je voulais lui mettre Urano de Cartigny mais malheureusement, ça n’a pas marché. Je me suis rabattu sur Ulpien d’Elle, dont le modèle me plaisait moins mais dont la génétique était solide. » Résultat : Game Over, encore un grand alezan avec de grandes balzanes.

GAME OVER & Frédéric Verge - Crédits Photos : PSV Photos

« Il était difficile de le commercialiser. Je l’ai donc présenté à la tournée de sélection de la Garde Républicaine. Il n’y avait que trois chevaux alezans sur l’ensemble du lot, alors ils l’ont acheté un peu plus cher que les autres ». Vincent Leroyer ne s’attendait pas à revoir son poulain sur un terrain, « compte tenu de la baisse des budgets de l’armée consacré au sport ». Voici trois semaines, il reçoit un courrier de France Complet avec une plaque, lui annonçant que son cheval était qualifié pour Pompadour. Un moment de bonheur bienvenu après la perte prématurée d’Ara après son troisième poulinage. « J’ai eu de la chance, elle m’a laissé une femelle par Cartoon Tame, l’étalon de la famille Brohier chez qui j’ai travaillé par le passé. » Fidèle aux éleveurs de sa région, Vincent Leroyer poursuit son petit élevage avec deux poulinières, la grand-mère de Game Over et la sœur de sa mère, Carena, toutes deux pleines de Conquistador pour 2022.

Game Over

  • 4 primes sur 5 épreuves à 5 ans - Elite
  • Naisseur : Vincent Leroyer
  • Cavalier : Frédéric Verge
  • Propriétaire : Garde républicaine

GAME OVER & Frédéric Verge - Crédits Photos : PSV Photos
Propos recueillis par Xavier Boudon

 

Retrouvez l'ensemble des résultats du Championnat des 5 ans en cliquant ci-dessous :

Championnat des 5 ans

Sur le même sujet